Australie : l’ambiance dystopique d’un camp de quarantaine décrite par un témoin (VIDEO)

Hayley Hodgson, une jeune femme de 26 ans, a témoigné auprès du média Unherd News d’un séjour contraint qu’elle dit avoir subi 14 jours durant dans le centre de quarantaine australien de Howard Springs, où sont confinés des individus revenant de l’étranger, mais également des personnes ayant contracté le Covid-19 ou de simples cas contacts.
Dans une vidéo qu’elle a diffusée alors qu’elle était encore enfermée dans le camp, on peut ainsi voir deux agents l’apostropher alors qu’elle se trouve sur le balcon de la chambre où elle est confinée. Lui donnant un «avertissement », il est reproché à Hayley Hodgson de ne pas avoir porté son masque allant laver son linge, mais surtout d’avoir voulu converser avec une autre personne à quelques pas de sa chambre, au-delà de son balcon.
«Encore une fois, ça n’a pas à être sensé», lui a rétorqué un agent auprès duquel elle dénonçait l’absurdité des règles mises en place. Lui faisant remarquer d’ailleurs que son test Covid était négatif, elle s’est vu opposer un simple : «Le risque reste tout de même très élevé».
Australian Hayley Hodgson was placed in a Covid internment camp despite testing negative for the virus She was confined to a box for 14 days, offered valium when she complained about confinement, and lost her job”You feel like you’re in prison…”https://t.co/VaUoSmgx2T pic.twitter.com/fMs2HS0c5R— Max Blumenthal (@MaxBlumenthal) December 3, 20215 000 dollars d’amende en cas de récidive

Prévenue qu’en cas de récidive elle risquait d’écoper d’une amende de 5 000 dollars australiens, elle a développé plus longuement l’atmosphère dystopique qui règne dans le camp lors d’une interview. «Vous avez l’impression d’être en prison. Vous avez l’impression d’avoir fait quelque chose de mal, c’est inhumain ce qu’ils font», a-t-elle ainsi confié à Unherd News le 2 décembre.

Elle a également dépeint le manque d’empathie des gardiens, qui ne se préoccuperaient que très peu des personnes en quarantaine : «Ces gens sont en combinaison de protection et tout. Ils ne veulent pas s’approcher de vous parce qu’ils pensent que vous êtes contagieux. Et ils vous déposent littéralement dans votre chambre. Et ils vous laissent. Ils ne viennent pas et ne disent rien, ils ne vérifient pas, ils ne font rien.»

Le centre de Howard Springs dans le Territoire du Nord de l’Australie, est l’un des camps dédiés à la quarantaine de personnes revenant au pays. D’après des informations de presse, il sert également depuis quelque temps à isoler des personnes contaminées ou simplement cas contacts – même présentant un test négatif, comme c’est le cas de Hayley Hodgson. Ainsi le 21 novembre, le site de la chaîne de télévision publique australienne ABC rapportait que «38 cas contacts [avaient] été identifiés et étaient transférés à Howard Springs». Le 1er décembre, le même média citait le ministre en chef du Territoire du Nord, Michael Gunner, qui déclarait que Howard Springs «n’était pas une prison, mais pas un terrain de jeux non plus». «Les gens sont là soit parce qu’ils sont positifs au Covid, soit parce qu’ils ont un fort risque d’être positif au Covid», expliquait-il également.

source:https://francais.rt.com/international/
L’article Australie : l’ambiance dystopique d’un camp de quarantaine décrite par un témoin (VIDEO) est apparu en premier sur Sentinelle Citoyenne | Veille médias alternatifs en temps réel.

Read on source website...

Author: SentinelleCitoyenne.fr

Après avoir sillonné la France durant plusieurs années, j’ai pu découvrir au combien notre pays est riche culturellement. Ceci grâce à la diversité de nos compatriotes qui composent nos belles régions et font survivre nos traditions. Malheureusement, ce patrimoine naturel et humain que nous a légué l’histoire de notre peuple, est peu à peu cannibalisé par le mondialisme et ses tenants. Afin de lutter contre la disparition de notre identité, j’ai décidé de créer ce média alternatif pour alerter, dénoncer, et signaler. Face à l’abandon, au mépris du pouvoir, l’objectif de ce média est de dire à tous ceux qui sont dans le désespoir, d’espérer. A ceux qui sont dans la colère, de raisonner. Aux pauvres, aux laissés pour compte, de croire encore à la démocratie et qu’un notre avenir est possible. Nous devons nous informer pour apprendre. Nous devons vouloir cesser de souffrir et travailler dés à présent au grand œuvre de la destruction de la misère, par des citoyens qui sont à nous, par des citoyens en qui nous donnerons notre confiance et qui seront en quelque sorte notre main. Car ce qui est profondément juste et toujours en même temps profondément politique. En chacun de nous, il y a un sentiment sacré et indestructible qui est le droit. Ce sentiment est l’élément de la raison de l’homme, il est le granit de la conscience humaine. Le droit, voilà le rocher sur lequel doivent venir s’échouer et se briser, les iniquités, les hypocrisies, les mauvaises lois et les mauvais gouvernements. Alexandre LARREY Fondateur de sentinelle citoyenne