Le rapprochement entre le Caire et Alger

C’est dans le cadre du salon International des industries défense EDEX (Egypt DefensExpo 2021) tenu au Caire entre le 29 au 02 Décembre que le Chef d’Etat-major s’est entretenu avec son homologue égyptien Oussama Aâsker sur la situation régionale.
D’habitude, l’ANP est représentée dans les salons d’industries militaires par le général chargé de l’armement Mais le contexte régional en impose un autre niveau de représentativité. Sans compter que le chef d’état-major, le général Chengriha, cherche à acquérir une visibilité internationale.
Un vaste tour d’horizon
Accueilli à l’aéroport par le vice-ministre égyptien de la défense, le général-major BAHRI ahmed Badri, les discussions ont été tenues avec son alter égo au sein de l’armée égyptienne Oussama Aâskar. La tension critique avec le Maroc, les élections présidentielles en Libye, l’instabilité au Soudan et au Sahel se sont imposées pour les deux chefs des armées de deux pays.
« Cette visite, qui s’inscrit dans le cadre du renforcement de la coopération entre l’armée nationale populaire et les forces armées égyptiennes, permettra également aux deux parties d’examiner les questions d’intérêt commun », affirme le communiqué du Miistère de la Défense Nationae. Certains pays arabes, comme l’Arabie Saoudite, ont proposé leur médiation dans la crise avec le Maroc que l’Algérie a refusé catégoriquement. 
Sur la crise Libyenne, les points de vue convergent entre l’Egypte et l’Algérie. Le 5 Mai 2020, la réunion d’Alger voyait les trois ministres des affaires étrangères (Algérie, Egypte, Tunisie) unis sur la base du principe de la non-ingérence des puissances étrangères. Le salon EDEX 2021 tombe à point nommé dans une phase de tension régionale accrue. 
Cet article Le rapprochement entre le Caire et Alger est apparu en premier sur Mondafrique.

Read on source website...

Author: MondAfrique.com

Le site Mondafrique.com a été lancé en janvier 2014. Son but est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. La marque « Mondafrique » résume notre propos. La question n’est plus de savoir si l’Afrique est entrée dans le monde, la mondialisation est là, présente qu’on le veuille ou non, avec ses enjeux, ses opportunités et ses ornières. Face aux défis, l’Afrique s’organise régionalement. Le but de « Mondafrique » est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. Autant sur le plan sécuritaire qu’économique et géopolitique, les problématiques de cette partie du monde semblent désormais liées. La mondialisation telle qu’on la connaît aujourd’hui rend ces pays interdépendants, notamment sur le plan des échanges et de la circulation des hommes et des marchandises. La ligne éditoriale est indépendante par rapport aux régimes en place, mais se situe dans un rapport d’engagement en faveur des valeurs citoyennes comme le développement, la transparence, l’équité et tout ce qui est de nature à favoriser les liens qui unissent l’Europe et la France, avec ces pays. Notre propos est d’améliorer la couverture médiatique sur la situation réelle des pays concernés et de donner à un public ciblé des clés pour comprendre les enjeux à venir. Il ne s’agit pas d’un site branché sur l’actualité immédiate Ainsi notre public est plutôt averti déjà des questions traitées et se trouve du coté des « décideurs », des spécialistes et de tous ceux qui cherchent « un plus » d’information et d’éclairage. Nous ne sommes pas un site d’actualité qui recherche l’audience à tout prix, mais un média d’informations pointues qui intéresse un public haut de gamme.