Le film « haut et fort » sur les écrans en France

Sélectionné lors de l’édition du  festival de Cannes en juillet, « Haut et fort », le nouveau et très attendu film du réalisateur franco-marocain Nabil Ayouche, est diffusé en salle en France  

Le parcours de Nabil Ayouche est exemplaire. Vilipendé au Maroc, menacé de mort depuis qu’il réalisé le très courageux « Much Loved »- sur la prostitution à Marrakech, le talentueux cinéaste qui a grandi à Sarcelles, est aujourd’hui porté aux nues par la presse marocaine. 
 

menacé de mort depuis qu’il réalisé le très courageux « Much Loved »- sur la prostitution à Marrakech, le talentueux cinéaste marocain est désormais porté aux nues
 
PARDONNER ET AVANCER. 
 
Pour le royaume chérifien, ce film fut l’espoir, hélas déçu, pour décrocher la suprême récompense au festival de Cannes que l’Algérie a. obtenue en 1975 avec « Chronique des années de braise » de Mohamed Lakdar Amina. 
 
Le retournement de situation est total pour le cinéaste.  Même le site marocain Media 24 est obligé de le reconnaître en allant l’interroger: « De pestiféré à Much Loved, vous allez cette fois-ci être porté aux nues par tous les Marocains et faire l’unanimité y compris par les autorités qui avaient censuré ce film jugé anti-marocain… ». La sage réponse de Nabil Ayouche est tout aussi inattendue : « Avec le temps, je pense que mes détracteurs ont pris du recul et ont fini par comprendre le sens de ma démarche cinématographique qui n’était absolument pas de casser mon pays. Partant de ce constat, il y a lieu de pardonner et d’avancer ». Oublié donc les insultes, les menaces et les attaques anti-sémites – la mère de Nabil Ayouche est une française de confession juive. 
Cet article Le film « haut et fort » sur les écrans en France est apparu en premier sur Mondafrique.

Read on source website...

Author: MondAfrique.com

Le site Mondafrique.com a été lancé en janvier 2014. Son but est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. La marque « Mondafrique » résume notre propos. La question n’est plus de savoir si l’Afrique est entrée dans le monde, la mondialisation est là, présente qu’on le veuille ou non, avec ses enjeux, ses opportunités et ses ornières. Face aux défis, l’Afrique s’organise régionalement. Le but de « Mondafrique » est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. Autant sur le plan sécuritaire qu’économique et géopolitique, les problématiques de cette partie du monde semblent désormais liées. La mondialisation telle qu’on la connaît aujourd’hui rend ces pays interdépendants, notamment sur le plan des échanges et de la circulation des hommes et des marchandises. La ligne éditoriale est indépendante par rapport aux régimes en place, mais se situe dans un rapport d’engagement en faveur des valeurs citoyennes comme le développement, la transparence, l’équité et tout ce qui est de nature à favoriser les liens qui unissent l’Europe et la France, avec ces pays. Notre propos est d’améliorer la couverture médiatique sur la situation réelle des pays concernés et de donner à un public ciblé des clés pour comprendre les enjeux à venir. Il ne s’agit pas d’un site branché sur l’actualité immédiate Ainsi notre public est plutôt averti déjà des questions traitées et se trouve du coté des « décideurs », des spécialistes et de tous ceux qui cherchent « un plus » d’information et d’éclairage. Nous ne sommes pas un site d’actualité qui recherche l’audience à tout prix, mais un média d’informations pointues qui intéresse un public haut de gamme.