Le fils d’Haftar aurait proposé un deal aux israéliens

Le fils du chef de guerre libyen Khalifa Haftar, d’après la presse israélienne, se serait rendu en Israël la semaine dernière pour une réunion secrète avec des responsables israéliens au cours de laquelle il leur aurait proposé d’établir des relations diplomatiques en échange d’un soutien israélien.
le maréchal Haftar ne cache pas son intention de se présenter à la Présidentielle malgré le veto des TurcsSaddam Haftar, qui serait en lice pour la présidence de la Libye lors des élections du 23 décembre, a atterri lundi dernier à l’aéroport Ben Gurion à bord d’un jet privé Dassault Falcon de fabrication française, qui a fait une brève escale en Israël sur son chemin de Dubaï à la Libye, a rapporté lundi le quotidien Haaretz.
Le journal précise que l’on ignore quels responsables israéliens il a rencontrés lors de cette brève visite, mais qu’il avait déjà été en contact avec le département « Tevel » de l’agence d’espionnage Mossad, qui s’occupe des pays avec lesquels Israël n’entretient pas de relations. Selon le rapport, Haftar était porteur d’un message de son père demandant une « assistance militaire et diplomatique » israélienne en échange d’une promesse d’établir un processus de normalisation entre la Libye et Israël semblable aux accords d’Abraham établissant des relations entre l’État juif et les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc.
Israël n’a pas de liens officiels avec la Libye, qui était un fervent partisan des Palestiniens, notamment sous le dictateur Mouammar Kadhafi, renversé en 2011. La Libye est en proie depuis à des troubles. Le pays est divisé entre des administrations rivales à l’est et à l’ouest, chacune soutenue par des groupes armés et des gouvernements étrangers.
Le général Khalifa Haftar, qui a lancé une offensive visant à capturer Tripoli en 2019, est soutenu par les Émirats arabes unis, l’Égypte et la Russie, tandis que les milices basées à Tripoli sont aidées par le Qatar, l’Italie et la Turquie.
Israël a évité de prendre publiquement position sur la guerre, malgré les allégations d’implication israélienne dans les coulisses. Cependant, Israël est largement considéré comme aligné sur l’Égypte et les États du Golfe.
Dans une rare interview accordée à un journal israélien l’année dernière, un haut fonctionnaire libyen du gouvernement rebelle basé à l’est de Haftar avait appelé Israël à le soutenir.
« Nous n’avons jamais été et ne serons jamais des ennemis, et nous espérons que vous nous soutiendrez. Ce ne sont que les circonstances qui nous ont séparés jusqu’à présent », a déclaré à Makor Rishon Abdul Salam al-Badri, vice-Premier ministre du gouvernement affilié à Haftar.
M. Al-Badri a mis en avant la communauté juive historique de Libye, qu’il a décrite comme ayant laissé un héritage de tolérance, et a déclaré que son gouvernement soutenait une solution à deux États au conflit israélo-palestinien.
« Tout au long de l’histoire, nous avons servi de refuge à des personnes de toutes confessions. Nous avons une longue histoire de contacts avec le peuple d’Israël et la communauté juive », a-t-il déclaré.
Si la communauté juive libyenne remonte à des milliers d’années, la plupart des juifs ont fui le pays en 1949 en raison de la montée de l’antisémitisme après la création d’Israël. Les pogroms successifs contre les Juifs dans le pays et les lois restreignant les libertés civiles des Juifs ont encouragé encore plus de personnes à émigrer. Lorsque Kadhafi est arrivé au pouvoir dans les années 1960, il en restait peu.
*Source : The Times of Israël
Cet article Le fils d’Haftar aurait proposé un deal aux israéliens est apparu en premier sur Mondafrique.

Read on source website...

Author: MondAfrique.com

Le site Mondafrique.com a été lancé en janvier 2014. Son but est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. La marque « Mondafrique » résume notre propos. La question n’est plus de savoir si l’Afrique est entrée dans le monde, la mondialisation est là, présente qu’on le veuille ou non, avec ses enjeux, ses opportunités et ses ornières. Face aux défis, l’Afrique s’organise régionalement. Le but de « Mondafrique » est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. Autant sur le plan sécuritaire qu’économique et géopolitique, les problématiques de cette partie du monde semblent désormais liées. La mondialisation telle qu’on la connaît aujourd’hui rend ces pays interdépendants, notamment sur le plan des échanges et de la circulation des hommes et des marchandises. La ligne éditoriale est indépendante par rapport aux régimes en place, mais se situe dans un rapport d’engagement en faveur des valeurs citoyennes comme le développement, la transparence, l’équité et tout ce qui est de nature à favoriser les liens qui unissent l’Europe et la France, avec ces pays. Notre propos est d’améliorer la couverture médiatique sur la situation réelle des pays concernés et de donner à un public ciblé des clés pour comprendre les enjeux à venir. Il ne s’agit pas d’un site branché sur l’actualité immédiate Ainsi notre public est plutôt averti déjà des questions traitées et se trouve du coté des « décideurs », des spécialistes et de tous ceux qui cherchent « un plus » d’information et d’éclairage. Nous ne sommes pas un site d’actualité qui recherche l’audience à tout prix, mais un média d’informations pointues qui intéresse un public haut de gamme.