[RussEurope-en-exil] Aux sources de la planification japonaise, par Jacques Sapir

Aux sources de la planification japonaise
(Ce texte a pour vocation de s’insérer dans un ouvrage à venir sur la planification dans les pays « capitalistes »)
L’adoption de la planification dans le Japon de l’immédiat après-guerre fournit un deuxième exemple de l’adoption de cette institution dans une économie capitaliste. Car, et on l’ignore trop souvent en ce début du XXIe siècle, l’expansion de l’économie japonaise se fit dans le cadre d’une planification[1], certes qualifiée « d’indicative » mais où les moyens de contrainte de l’Etat étaient loin d’être négligeable, et dans un système d’économie mixte. Quel fut donc le rôle de la planification dans la croissance explosive que l’économie japonaise a connue de la fin des années 1940 au milieu des années 1970 ?
On ne peut pourtant répondre à cette question qu’en revenant sur l’origine de nombre des institutions économiques japonaises de l’immédiat après-guerre. Daniel Okimoto, dans le livre qu’il consacra avec deux collègues au développement de l’industrie des semi-conducteurs aux Etats-Unis et au Japon, fait explicitement référence aux méthodes de l’économie de guerre qui fut mise en place au Japon de 1937 à 1945[2]. Il n’est d’ailleurs pas le seul à avoir fait cette remarque et d’autres auteurs ont qualifié le Japon comme un « Etat mobilisé »[3] ou comme un « Etat capitaliste développeur »[4].
Il écrit ainsi : « Dans sa métamorphose entre un Etat militaire et un Etat marchand le Japon conserva certain des mécanismes clefs de coordination centralisée et de contrôle ce qui renforça considérablement la capacité de l’Etat de diriger le Japon sur la voie du développement industriel »[5]. La filiation entre l’économie de guerre et les institutions économiques de l’après-guerre est donc reconnue par de nombreux auteurs. Mais, cette filiation n’est peut être pas la seule.Lire la suite

Read on source website...

Author: Les-Crises.fr

Le site Les-Crises publie des analyses et des articles d’horizons variés afin d’élargir le champ d’information et de réflexion de ses lecteurs, afin de les aider à se faire eux-mêmes leur propre opinion, ce qui est indispensable à un bon exercice de la citoyenneté. Les publier ne signifie donc nullement qu’ils reflètent systématiquement notre pensée (essentiellement pour la géopolitique), mais simplement que nous les jugeons intéressants pour élargir la compréhension d’un sujet. Nous ne sommes donc engagés que par les articles que nous rédigeons nous-mêmes, non par ceux repris, et encore moins par l’intégralité des propos ou pensées des auteurs repris qu’ils auraient exprimés par ailleurs… Merci de nous signaler si un article ou un auteur repris ou un commentaire vous semble poser un problème – une erreur est toujours possible malgré notre vigilance. Nous l’étudierons, et y répondrons ou supprimerons le contenu éventuellement problématique. À la recherche de la Vérité entre la propagande des grands médias (souvent involontaire) aboutissant à la “fabrication du consentement” et les délires conspirationnistes du web que nous combattons (ici ou ici ou ici par exemple), nous faisons en effet tout notre possible pour garantir la meilleure qualité possible aux lecteurs et aux contributeurs qui nous honorent de leur confiance. Nous effectuons cette tâche modestement, car nous n’avons prétention à détenir aucune certitude, ni, surtout, à vous convaincre de quoi que ce soit – nous ne sommes pas des militants. Il est donc très important pour vous de garder un très grand esprit critique et de lire d’autres sites aux regards différents (dont, bien entendu, les médias dits mainstreams) – ce site n’étant évidemment pas un “site d’information” complet…