Ce sont les poètes qui détruisent le vieil ordre de la conscience mécanique

Par Jon Rappoport − Le 6 juillet 2021
The Poet Gustav Fröding — Sven Richard BerghLa plus grande somme n’est pas une somme du tout. Ce n’est pas l’addition de faits ou de chiffres. Il existe des qualités mythiques dans l’existence qui proviennent de nous… des mythes plus grands que les machines… et pour donner une voix aux mythes, nous devons aller là où les poètes vont. Nous devons absolument y aller. Pour notre propre bien, nous devons mettre sur l’étagère cette précision particulière qui divise une particule minuscule en morceaux de plus en plus petits…
Le magicien s’éveille

De nos jours, les gens s’inquiètent à juste titre de l’espionnage, de la fouille, du pistage, du piratage, du profilage. La bataille de la vie privée contre l’intrusion. Les systèmes qui regardent les autres systèmes.
Quel genre de langage est impliqué dans l’espionnage et le contre-espionnage et la protection des ordinateurs ? Il n’est pas nécessaire d’être un expert pour comprendre que c’est le langage de la machine. Il est délimité par des détails fins, très fins et extra-fins. Le cheval de Troie est maintenant algorithmique.
Les personnes qui entrent et travaillent dans cet univers sont engagées dans un processus méticuleux de mouvements et de contre-mouvements. Des programmes au-dessus d’autres programmes. Des observateurs qui traitent les stratégies d’autres observateurs.
Le passé, le présent et le futur du langage sont impliqués. Une civilisation, dans une large mesure, dépend de ce qui arrive aux mots – non pas en tant qu’entités détachées, mais en tant qu’expression de ce que nous nous inventons à être.
Il n’est pas nécessaire qu’un poème soit long. Chaque mot a déjà été un poème.
Ralph Waldo Emerson
Si la liberté est placée dans un contexte moderne de vie privée contre absence de vie privée, la guerre va nous embrigader dans un langage de machine. Nous allons toucher ce langage, nous y frotter d’une manière ou d’une autre, l’utiliser, opposer une partie de ce langage à une autre partie.
Les enfants vont grandir en l’apprenant et en nageant dans ce langage et ses effets.
De cette façon, les ruisseaux, les rivières et les océans de l’interaction des machines vont alimenter la pensée humaine.
…il est difficile d’obtenir les nouvelles des poèmes et pourtant des hommes meurent misérablement chaque jour par manque de ce qu’on y trouve…
William Carlos Williams
Voici un exemple étrange. Les gens vont prendre un paragraphe dans le roman d’un auteur, en extraire tous les mots clés, et traquer leurs références possibles – et ensuite essayer de reconstituer le paragraphe comme s’il s’agissait de lignes de code secret. Ils le reconstruiront en soudant ces références entre elles.
Parce que les mathématiques consistent en une manipulation de symboles, et que ces symboles ont des significations très spécifiques et étroites, on a de plus en plus tendance à penser que tout le langage fonctionne de cette façon.
Ce n’est pas le cas.
Ce n’est pas le cas de la poésie. Mais le poète, qui était déjà à la limite de la crédibilité, est réintroduit comme un fabricant de symboles, un mathématicien glissant une révolution codée dans la matrice.
Cela pourrait faire un roman de science-fiction divertissant, mais cela n’a rien à voir avec l’énergie ou l’intention d’un poème.
Les poètes déterrent peut-être des trésors cachés, mais le butin de leur guerre est tout ce que les mathématiques ne sont pas. Tous les grands poètes détruisent l’ordre ancien. C’est au lecteur de le découvrir et de le voir, s’il le peut.
L’ordre ancien, qui est toujours et à jamais le fascisme déguisé en « plus grand bien », refait sans cesse surface dans le même bassin de décomposition.
Ce sont les poètes qui savent à la fois descendre dans la boue et voler au-dessus, réveillant les parties mortes de la psyché.
Celui qui gouverne les morts, et quel que soit le but royal, reste constant : il rejette la conscience poétique qui peut pleinement redonner vie à l’être humain.
La poésie fait plus que réorganiser la réalité. Elle la crée dès le début, dès la première ligne sur la page du futur.
La société, telle qu’elle a été façonnée, est la somme des illusions qui empêchent l’individu d’entendre la première ligne, même si elle résonne dans son esprit.
Cette répression est un échange coopératif sur le marché. L’individu accepte de s’assourdir, afin d’apaiser ses forces intérieures.
Le temps m’a laissé saluer et monter, doré aux beaux jours de ses yeux. Et honoré parmi les chariots, j’étais le prince des villes de pommes, Et une fois sous le temps, j’ai seigneurialement fait traîner les arbres et les feuilles avec des marguerites et de l’orge le long des rivières à la lumière de la tombée du ciel.
Partons alors, vous et moi, quand le soir s’étale sur le ciel comme un patient éthéré sur une table…
Ce sont les temps qui mettent à l’épreuve les âmes des hommes. Le soldat de l’été et le patriote du soleil le seront, dans cette crise…
Ce ne sont pas des instructions, des codes ou des habitudes à suivre, ou des améliorations politiques. Ce sont de grandes intrusions dans le labyrinthe de la vie courante. Elles arrivent et explosent.
Alors que la conscience de ces choses s’amenuise à l’ère de la machine et de toutes ses complications, alors que la matrice s’étend pour inclure des calculs de langage conçus pour décrire ce que l’individu est et n’est pas, une mer de métriques forme l’illusion du progrès.
Pris dans des nids de relations symboliques, nous attendons, « jusqu’à ce que des voix humaines nous réveillent et nous noient ».
Dans la mesure où le poète est simplement pris pour un fou, le malheur s’installe comme un linceul autour de nos épaules.
…la volonté de donner la réponse à l’héroïque… s’affaiblit de plus en plus dans chaque démocratie, à mesure que le temps passe. Alors les hommes se retournent contre l’appel héroïque, avec une sorte de venin. Ils n’écoutent que l’appel de la médiocrité qui exerce le pouvoir d’intimidation insensible de la médiocrité : ce qui est le mal.
DH Lawrence
Mais les poètes viennent toujours. Ils voient le malheur et l’utilisent comme combustible pour un nouveau feu qui met fin à une époque et en commence une autre. Qui les écoute ? C’est toujours la question ouverte. Nous vivons déjà dans une nouvelle époque, si nous voulons bien la reconnaître.
La poésie est la langue maternelle de l’espèce humaine.
Johann Georg Hamann
 
[Poésie :] des pensées qui respirent, et des mots qui brûlent.
Thomas Gray
Imaginez qu’il y ait un million de langues nouvelles et inconnues qui attendent d’être découvertes. Ces langues ne rendraient pas les choses plus simples. Elles ne feraient pas fonctionner les machines plus facilement. Elles nous conduiraient dans des mondes qui sont restés dans l’ombre parce que nous n’avions aucun moyen d’exprimer notre perception d’eux. Ils éclaireraient des géographies entières de la conscience qui étaient restées en sommeil. Chaque compromis avec la réalité serait exposé comme un énorme mensonge flagrant.
Chaque « machine à penser » s’effondrerait. L’absurdité de construire des organisations de plus en plus grandes comme la grande solution au conflit se révélerait si clairement que même les androïdes-humains le verraient et se réveilleraient de leur transe.
Voici un extrait de mon manuscrit inachevé, Le magicien se réveille :
Vous êtes assis là et vous me racontez votre vie, mais au bout d’un moment, vous vous rendez compte que vous parlez dans une langue aveugle. Vous vous déplacez sous d’autres mots auxquels vous ne donnez pas de voix.
Vous pensez vaguement, de temps en temps, que ces autres mots pourraient se trouver dans la nature. Mais la Nature n’est qu’une partie de cette expression. Il y a des milliers d’autres Natures. Et chacune a un langage qui la déverrouille et la déploie dans un espace et un temps différents.
Préférez-vous vous replier et vous contenter des mots que vous utilisez tous les jours ? Préféreriez-vous devenir un expert de ces mots, un roi de ces mots, un souverain dans ce petit endroit ? Est-ce le début et la fin de ce que vous voulez et où vous allez ?
Parce que si c’est le cas, alors nous pouvons mettre fin à cette discussion et à toutes les discussions. Nous pouvons nous contenter de ce que nous avons. Nous pouvons esquiver. Nous pouvons nous injecter une drogue de satisfaction et dire qu’il n’y a rien d’autre à faire.
C’est ainsi que se produit une vie circonscrite : à travers une histoire qu’une personne se raconte.
Il n’y a vraiment qu’un seul solvant universel qui peut faire disparaître cette histoire : l’imagination.
La base ultime de tout contrôle de l’esprit est : tout ce qu’il faut pour nier le véritable pouvoir de l’imagination.
On peut dire exactement la même chose du but ultime de la répression politique.
Pour comprendre, pour avoir une idée de ce dont l’imagination est capable, vous devez vous rendre à l’ART.
Le centre créatif du monde.
Après le non final vient un oui et sur ce oui est suspendu l’avenir du monde.
Wallace Stevens
Que se passerait-il si le monde était enveloppé d’art ? Et si nous étions les artistes ? Et si nous ne devions rien à une quelconque hiérarchie ou autorité extérieure ?
L’art est un mot qui devrait être océanique. Il devrait secouer et faire exploser l’ennui de l’âme.
L’art est ce que l’individu invente quand il est en feu et ne se soucie pas de le dissimuler. C’est ce que l’individu fait lorsqu’il s’est débarrassé de la fausse façade qui l’étrangle lentement.
L’art est la fin de l’ajournement insensé. C’est ce qui arrive quand on brûle les jolies et mesquines petites obsessions. Il émerge du costume vide et de la machine vide de la société qui tourne en rond et aspire le flux sanguin vital.
L’art détruit l’ordre ancien et l’ordre nouveau et l’ordre actuel, d’un coup d’œil.
L’art transperce la vieille pomme à la pointe d’une épée étincelante et ouvre toute la croûte pourrie qui s’est attachée à l’arbre de vie.
Il se débarrasse de la fausse harmonie des morts-vivants.
Alimentée par une imagination libérée, c’est la révolution que la psyché réclamait.
L’art déchaîné devient titanesque.
Il y a des artistes comme Stravinsky, comme Gaudi, comme le compositeur Edgar Varese, comme l’écrivain américain souvent honni Henry Miller, comme Walt Whitman (qui a été grotesquement coopté en préfet à la Norman Rockwell), comme les nombreux grands muralistes mexicains – Orozco, Rivera, Siqueiros – qui transmettent tous la qualité océanique.
Comme dans Le Déluge.
On craint que, si ces artistes étaient libérés pour produire leurs œuvres à grande échelle, ils ne s’emparent du monde.
Notre monde, contrairement à ce que l’on pense, est censé être révolutionné par l’art, par l’imagination, jusqu’au plus profond de lui-même.
Que cela ne se soit pas produit n’est pas un signe que le processus n’est pas pertinent. C’est seulement un témoignage de la résistance collective.
Qui sait combien de révolutions de ce type ont été écartées et rejetées, en faveur de la forme consensuelle que nous considérons aujourd’hui comme centrale et éternelle ?
Nous vivons dans une structure par défaut, celle qui est restée après que toutes les révolutions antérieures aient été mises en sommeil.
Mais la création n’est pas neutre.
Elle se répand dans l’atmosphère avec toute sa force subjective.
C’est la transformation que nous avons inconsciemment espérée, la révolution qui bouleverserait sans cesse la société, qui finirait par briser l’influence de tous les cartels et monopoles de l’expérience physique, émotionnelle, mentale et spirituelle.
Non pas parce que nous l’avons souhaité, mais parce que nous l’avons fait advenir.
Prométhée, l’artiste qui a libéré l’humanité…
À travers quel miroir nous regardons-nous dans ces contes anciens ?
L’histoire de Prométhée n’a absolument aucun sens si nous ne reconnaissons pas qu’il y a une raison à la rébellion. Mais pas n’importe quelle rébellion. Un homme qui prend d’assaut la montagne surnaturelle des Olympiens pour voler le feu, s’échapper et le ramener à l’homme est plus qu’audacieux, si tant est que les poètes grecs aient inventé le panthéon des dieux et leur aerie.
Dans ce cas, le vol du feu est une reconnaissance du retour du pouvoir à la maison.
Nous avons inventé les dieux. Maintenant nous nous réinventons.
La religion est une poésie gelée. Les poètes ont commencé par écrire en dehors des limites de la tribu, et les prêtres se sont auto-proclamés censeurs.
Ils ont martelé, coupé et poli les poèmes libres et sauvages pour en faire des tablettes, des catéchismes et des manuels de réprobation sévère. Ils ont rassemblé des ouvriers pour construire les temples où les nouvelles lois seraient prêchées et enseignées. Ils ont établi les sanctions en cas de défection. Ils ont revendiqué l’exclusivité de la révélation.
Ils ont établi la centralité universelle fausse et synthétique du mythe déguisé en révélation, et ils l’ont vendue, et ils l’ont appliquée, et ils ont préparé une liste d’ennemis qui menaçaient la Loi des Lois.
Et toute cette matière première, qu’ils ont volée ? Elle venait des poètes. Elle provenait de la création libre et illimitée des artistes.
Donc Prométhée remettait les pendules à l’heure. Il cassait le système comme un œuf. Il ramenait l’imagination là où elle devait être.
Bien sûr, dans le mythe antique, il a payé le prix fort pour ses actions. Mais ce n’est que de la propagande. Les grands prêtres écrivent cette fin punitive sur chaque histoire issue de la liberté. Ils appellent la punition de divers noms, et ils prétendent naturellement qu’elle est infligée par un marteau de la plus haute autorité. Ils travaillent cet angle avec une dévotion désespérée.
Prométhée était le libérateur. Il était les peintres chinois du Dun Huang, les artistes de perles Yoruba, le Michel-Ange de David, le Piero della Francesca de la Légende de la Vraie Croix, le Velazquez des Demoiselles d’honneur, le Van Gogh des Iris et de l’Arles éclairée, le Yeats du Chant de l’Aengus errant, le Dylan Thomas de Fern Hill, le Walt Whitman de La Route ouverte, le Henry Miller de Se souvenir pour se souvenir, le Orson Welles de Citizen Kane, le Lawrence Durrell du Quatuor d’Alexandrie, le Kooning de Gotham News.
Il était Tesla et Rife.
Partout où l’imagination humaine individuelle a été lancée comme feu, Prométhée était là.
Bien sûr, il ne l’était pas. Il était l’histoire que nous nous sommes racontée sur ce que nous pouvions faire. Cette histoire est destinée à nous rappeler que toute vision collective est une fraude. Elle peut ne pas commencer comme ça, mais tôt ou tard, elle devient un glissement gargantuesque vers la narcose de l’âme.
Prométhée est l’histoire que nous nous racontons pour nous rappeler la limite entre ce que l’individu peut apprendre et ce qu’il peut créer, et combien de chevaux ont été tirés jusqu’à cette limite et refusent de la franchir pour s’abreuver aux puits de l’imagination.
Prométhée est l’histoire d’une reconquête de ce que nous sommes. Nous avons peut-être enfoui cette compréhension au plus profond de notre psyché, mais elle est là. Combien de fois avons-nous essayé de la refuser !
Nous nous rassemblons en groupes et prétendons que tout progrès découle de la masse. Nous jouons avec telle ou telle limite. Nous nous ajustons et faisons plus de place à la moyenne. Nous construisons des machines pour penser à un niveau plus élevé que le nôtre. Nous regardons des spectacles théâtraux de « nouveaux humains hybrides ». Nous proclamons des vertus curatives et oublions ce que la guérison de l’esprit pourrait réellement impliquer, quelle révolution, quelles énergies vitales, quels sauts d’imagination, quelles affirmations de notre pouvoir inhérent.
Nous continuons à penser à la paix, alors que la paix signifie, selon la définition des « sages », une mort. Leur paix est ce qui reste après que la guerre de l’humain créatif ait été abandonnée.
Leur paix est un sirop. Leur paix est la soumission à une quelconque « conscience universelle ». Leur paix est une colonne d’idiots souriants qui gardent une tour d’apprentissage autoproclamée. Leur paix est la survie et l’organisation de marchandises endommagées. Leur paix est : « Si cela doit arriver, cela arrivera. » Leur paix est : l’univers décide, nous obligeons. Leur paix est une décharge cosmique.
De cette foule de castrats, Prométhée émergea, se démêlant des fils humides de l’illusion, de la résignation et de la peur. Il s’est élevé. Il a avancé. Il a repris notre caractère fondamental et vital. Il a insufflé une énergie crépitante dans les flux sanguins.
Dans la perspective prométhéenne, la Réalité attend que l’imagination la révolutionne jusqu’à son noyau.
Au-delà des systèmes. Au-delà des structures.
Les énergies bouillonnent dans les cavernes souterraines. Où ces rivières couleront-elles au cours des mille prochaines années ou des mille prochaines incarnations ?
Qu’est-ce qui créerait une révolution interne ?
Qu’est-ce qui ferait tourner les roues à eau et surgir les torrents ?
Comment la création commencerait-elle ?
Sur cette question prométhéenne repose le destin de chaque civilisation, passée, présente et future.
Chaque fil, chaque atome, chaque quark, chaque wavicule de cette Réalité prend la posture, est imprégné de l’impression que « ce qui existe déjà » est supérieur à ce que l’individu peut maintenant inventer. Les chaînes causales de l’histoire semblent produire le présent et le présent semble produire le futur.
Ce sont les grandes tromperies. Ce sont les illusions…
Jon Rappoport
Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Read on source website...