Libéralisme et Covid-19 : quand les masques tombent ?

Tribune d’Henri Feng, Docteur en histoire de la philosophie
Le Covid-19 revient ! La dissémination exponentielle des « variants indiens » (« Delta » et « Delta plus »), et d’autres encore d’origine essentiellement américaine, inquiètent sérieusement les autorités mondiales. Premier élément : en dépit de la vaccination massive de sa population, le Premier ministre Boris Johnson n’arrive plus à juguler les contaminations en Grande-Bretagne. Deuxième élément : plus de 120 pays sont déjà touchés dans le monde, ceci causant des énièmes couvre-feux, ou des énièmes confinements, ici et là. Ainsi, l’angoisse renait bel et bien, les potions magiques et inédites jusqu’alors, particulièrement l’AstraZeneca (le vaccin suédo-britannique élaboré sur la base d’un adénovirus de chimpanzé) et le Pfizer-BioNTech (la formule américano-allemande, dont la composition dite « ARN messager », n’est en réalité que de la thérapie génique), ne semblent pas résister à ces « variants » beaucoup plus contagieux, mais tout aussi peu létaux, pour l’heure. Concrètement, des nouvelles formules incapables de réduire la charge virale, mais empêchant seulement le développement des formes graves. D’où une circulation dynamique et interminable sur l’ensemble de la planète, d’autant plus que la vaccination massive n’est pas pratiquée dans les pays du tiers-monde. Conséquence en France : le 12 juillet, le Président Macron a annoncé froidement l’extension du pass sanitaire aux bars, restaurants et centres commerciaux à compter du début du mois d’août, sans oublier la vaccination obligatoire imposée également à tous les jeunes de plus de 12 ans à partir du 30 septembre (après beaucoup de tergiversations à ce sujet). Le 20 juillet : en une semaine, une hausse de 150% des nouveaux cas en 24 heures. Dans cette perspective, et dès le lendemain, personne ne peut écarter l’idée de réimposer des restrictions, voire des confinements, qui s’ajouteraient à l’usage du fameux pass(e) pour pouvoir entrer dans un lieu public accueillant plus de 50 personnes, tel un musée ou un parc d’attractions.
 
« Fragmenter et à droite et à gauche, pour non seulement conforter sa ligne de fracture entre aisés progressistes et précaires réactionnaires, puis, tragiquement, pour faire le tri entre porteurs saints et corps (potentiellement) malades »
 
De fait, notre héros de l’ordre libéral-libertaire (il était en une du Times Magazine, en novembre 2017), n’ayant aucune puissance politique réelle, surtout après 18 mois de suprématie simultanée du Big Data, du Big Pharma et de la Haute finance, n’avait d’autre choix que de fracturer la société française en diagonale : fragmenter et à droite et à gauche, pour non seulement conforter sa ligne de fracture entre aisés progressistes et précaires réactionnaires, puis, tragiquement, pour faire le tri entre porteurs saints et corps (potentiellement) malades. Un calcul machiavélien pour pérenniser sa mainmise sur son électorat, celui qu’il avait acquis au premier tour de la Présidentielle de 2017 : une bourgeoisie très favorable à ces mesures (d’après les sondages), des mesures relevant du mépris de classe, si ce n’est de gêne, à présent. Une aversion radicale pour le microbe, pour le Parasite, en substance, celui dont parle le cinéaste coréen Bong Joon-ho (film multi-récompensé de 2019 à 2020). Du reste, ne s’agit-il pas aussi, de la part de notre Prince, d’inciter davantage encore à la pratique de l’art de vivre à l’américaine, l’esprit de club, de membre, de VIP ?… In fine, une mutation de la liberté en autorité. Comme s’il s’agissait de la dernière mutation inéluctable du libéralisme. En arrière-fond, la logique ultime de l’individualisme prôné par notre oligarchie, protestante dans ses conceptions et grand orientale dans ses actions. En bref, non plus l’homme, mais la structure comme être suprême. Car il n’y aurait plus à choisir entre le principe de précaution et celui de prudence dans la quadrature du cercle sanitaire, ou le « triangle d’impossibilité » de l’économiste Hubert Kempf, une (fan) zone tracée par la liberté, la prospérité et la santé. Or, la liberté est un infini qui ne veut rien dire, une idée métaphysique, ce vers quoi on tend mais qu’on ne réalise jamais. Quant à la santé, a-telle vraiment été priorisée si on pense aux morts sociaux que les confinements ont générés, de « morts Covid » réels en « morts Covid » virtuels ? Pire encore quand on sait que cette prétendue prospérité ne repose que sur de la production excessive de liquidités.
 
« Quant à la santé, a-telle vraiment été priorisée si on pense aux morts sociaux que les confinements ont générés, de « morts Covid » réels en « morts Covid » virtuels ? »
 
Par ailleurs, le parlement français jouera-t-il son rôle de modérateur, voire d’opposant ? Rien n’est moins sûr puisque beaucoup de nos politiques sont des médecins, des pharmaciens ou des assureurs. En l’occurrence, on nous parle, à raison, du pays de Pasteur et de Descartes. Précisément, concernant ce dernier, ne s’agit-il pas de faire fi du doute méthodique à l’endroit même du rapport mécaniciste qu’il avait introduit mais finalement dépassé après la publication des Passions de l’âme, en 1649 ? Car la philosophie française n’en est jamais restée à un pur rejet du corps comme s’il s’agissait d’un objet. En effet, notre phénoménologie, notamment celle de Merleau-Ponty et de Michel Henry, a largement saisi la complexité de la présence à soi à travers « son corps », le corps propre. Ainsi, la Macronie, à travers ces mesures, rentre dans notre intimité la plus profonde. « Mon corps » ne pouvant être une coquille vide dans laquelle tout peut être ingéré au nom de la santé publique. Ici et maintenant, un pharmakon, mot grec qui signifie étymologiquement autant « remède » que « poison ». Donc, le philosophe doit rendre compte des logiques, et certainement pas des complots. « Rien de plus que penser ce que nous faisons », disait Hannah Arendt.

« Ainsi, la Macronie, à travers ces mesures, rentre dans notre intimité la plus profonde. « Mon corps » ne pouvant être une coquille vide dans laquelle tout peut être ingéré au nom de la santé publique »
 
Crise pandémique oblige, le libéralisme, et dans sa dimension politique et dans sa dimension économico-financière, finit par se réduire en structure médico-numérique, dans laquelle la raison technicienne est appelée à être le maître. Seulement, bon gré, mal gré, tout processus de civilisation ne peut qu’être qu’un processus de domestication. Précisément, le « biopouvoir » annoncé par Foucault en son temps. Sans oublier son Archéologie du savoir : il n’y aurait plus de vérité, mais que des discours. D’où la domestication massive des corps, à l’instar d’un sadisme devenu promptement institutionnel. En outre, l’auteur de l’Histoire de la folie à l’âge classique avait affirmé : « Rien n’est plus inconsistant qu’un régime politique qui est indifférent à la vérité ; mais rien n’est plus dangereux qu’un système politique qui prétend prescrire la vérité. La fonction du ″dire vrai″ n’a pas à prendre la forme de la loi, tout comme il serait vain de croire qu’elle réside de plein droit dans les jeux spontanés de la communication. La tâche de dire vrai est un travail infini : la respecter dans sa complexité est une obligation dont aucun pouvoir ne peut faire l’économie. Sauf à imposer le silence de la servitude », dans un entretien datant de 1984, l’année de sa disparition.
Les sociétés mondialisées ne pourraient donc plus fonctionner sans le logiciel « stop and go ». Surtout dans la mesure où, comme l’année dernière, les leçons en matière sanitaire ne sont toujours pas retenues, notamment par l’Europe, par essence, vacciniste et sans-frontiériste. Plus généralement, s’est accentuée une guerre tacite entre les nomades et les sédentaires. Alors que les nations qui s’en sortent sont celles qui ferment leurs frontières et qui n’attendent pas monts et merveilles de la vaccination. Philosophiquement, la distinction s’est intensifiée entre les réactifs et les actifs, entre les fuyards et les combattants, ces derniers incarnés, entre autres, par les Japonais, qui n’hésitent pas à soigner leurs cas positifs et sans vacciner mécaniquement, car culturellement peu enclins à s’aliéner aux produits pharmaceutiques, tout en restant à cheval sur l’hygiène et la distanciation en général. Néanmoins, il serait là le « nouveau monde », ou le « monde d’après » : dans la séparation passive, compulsive et obsessionnelle des individus, une séparation qui devient définitive à travers l’imposition de ce pass sanitaire, la seule clé pouvant ouvrir les portes de la vaccination permanente. Et, au milieu des « variants », le port du masque doit être intégré dans les scénarii des séries télévisées, comme en Corée du Sud. Alors, l’état d’urgence, dit « sanitaire », serait quotidien, partout et pour tous. Ou de l’indignation sélective en droit-de-l’hommisme !
 
« Dans la séparation passive, compulsive et obsessionnelle des individus, une séparation qui devient définitive à travers l’imposition de ce pass sanitaire, la seule clé pouvant ouvrir les portes de la vaccination permanente »
 
Enfin, l’homme moderne semble vouloir faire avec cette planète grippée, et en dépit des crises du jour et du lendemain, économico-sociales et psychosociologiques. Avec ou sans suicides massifs. Parce que, de confinements en couvre-feu, l’élan vital s’étiole durablement, qui plus est dans des cités où l’activité humaine tend à se réduire à l’« essentiel », si ce n’est à l’impersonnel : boire, manger, visionner, pédaler, trotter, trottiner, fumer, ou sortir son chien. Puis des termes nouveaux tels que « présentiel » et « distanciel », des mots-clés pour signifier la présence dans l’absence, ou bien l’absence dans la présence. Des champs sans gravité. Comme si, contre Sartre, l’enfer n’était plus les autres, mais soi-même. Et, entre force de l’habitus et force de l’oubli, on ne badinerait plus avec l’angoisse, le mal-être disant indéfiniment « peut-être », à l’affut du moindre écart de conduite, aussi bien sanitaire que culturel. Car, dans le Village global, tout doit être le même : même burger, même soda, même café latte, puis même familiarités, même mœurs, même transgressions… L’homme unidimensionnel (de Marcuse), pour qui, aujourd’hui, tout doit être à portée de main : autrui, genre, gamète, data, ARN, ADN… Clairement, se célèbre le dé-loignement décrit par Heidegger : la propension humaine, trop humaine, à l’appropriation, à la négation même de la distance. Définitivement, l’intelligence artificielle et la misère culturelle, voire affective et sexuelle, iront de pair. Telle une fin programmée dont le code serait encore à déchiffrer. Quoi qu’il en soit, un processus de désincarnation. Et de l’angoisse à jamais.

Read on source website...

Author: Putsch.media

Pourquoi Putsch ? Parce que la culture doit faire débat, parce qu’il y a une nécessité aujourd’hui de bousculer l’ordre culturel établi. Putsch veut être cet espace privilégié de lectures, de réflexions et de débats. Un forum indispensable et inhérent à toute démocratie ne peut exister que si toutes les voix, même discordantes et subversives, ont un espace, un lieu pour s’exprimer. Parce que Putsch ne veut rien s’interdire lorsqu’il s’agit de faire vivre la démocratie et la culture. → Putsch, c’est un nouveau site d’actualités culturelles et politiques plus adapté aux nouveaux usages qui publie des articles quotidiennement pour vous informer, faire vivre la réflexion, et vous proposer nos coups de coeur culturels. → Putsch, c’est également une chaîne Youtube qui propose des interviews, des éclairages et des reportages. → Putsch, c’est aussi un journal papier de 28 pages qui prolonge le débat lors d’une parution mensuelle. Parce que Putsch aime aussi le papier autant que la culture et le débat.