Rassemblement des enseignants jeudi 17 juin contre le maintien des épreuves du bac

nous vous convions au rassemblement déclaré par l’intersyndicale éducation de l’Isère qui aura lieu le 17 juin à 12h devant le rectorat.
Ce rassemblement a lieu le jour des épreuves du baccalauréat de philosophie et de français.
Il a pour mot d’ordre la mobilisation contre la tenue des examens de fin d’année, pour lesquels l’égalité entre les candidats n’est pas assurée, du fait de l’année chaotique qui vient de s’écouler dans l’Éducation Nationale. De nombreux enseignants seront présents pour revendiquer l’annulation des épreuves finales vidées de leur substance et auxquelles les élèves n’ont pas pu être bien préparés, comme notamment le Grand Oral, imposé par le Ministre malgré la situation difficile. Les professeurs de philosophie de l’Académie appellent ainsi à la gréve des corrections, également pour protester contre les conditions de corrections de copies qui seront pour la première fois numérisées et corrigées en ligne, alors que cela est aberrant du point de vue écologique et aura des effets néfastes sur la qualité des corrections pourtant due aux candidats.
Il y aura une assemblée générale à partir de 12h30, dont nous pourrons vous communiquer les résultats à partir de 14h.
Vous trouverez ci-joint :
le communiqué de l’intersyndicale éducation 38
le communiqué du Collectif de Défense de l’Éducation 38
le communiqué des professeurs de philosophie de l’académie de Grenoble et leur appel à la gréve
cliquer sur les documents pour une lecture plus confortable

Read on source website...

Author: CRIC-Grenoble.info

Pourquoi ce site ? La pluralité c’est la santé !... Le discours médiatique dominant est écrasant, présent partout. Il nous assaille de ses analyses qui entretiennent entre autre le sexisme, le nationalisme, le racisme et notamment l’islamophobie, et cherche à dresser les dominé.e.s et les exploité.e.s les un.e.s contre les autres (sans emplois et employé.e.s, allocataires et travailleurs précaires, mal logé.e.s et sans abris, descendant.e.s d’immigré.e.s et nouveaux arrivants...). Ce discours dominant, souvent basé sur des mensonges, occulte les problèmes sociaux majeurs, ne parle jamais de leurs causes, n’autorise jamais des analyses réellement critiques, et ne relaie jamais les luttes sans les manipuler, les marginaliser ou les criminaliser. Nous sommes nombreuses et nombreux à ne pas reconnaître notre réalité dans cette marée médiatique et à penser qu’il est urgent de multiplier les sources de contre-information et de relayer des analyses critiques, des témoignages de réalités vécues, des outils et des informations sur les luttes existantes.