{Podcast} L’Actu des Oublié.e.s – Episode 14 – Tour du Monde des Luttes

L’année 2020 a mis un coup d’arrêt à de nombreux mouvements de contestation. Alors que le néo-libéralisme tente de s’étendre partout, s’alliant çà et là à l’extrême droite la plus sombre, la pandémie a violemment frappé les classes populaires. Mais aux quatre coins du monde, la vague des soulèvements se réveille peu à peu. Pour achever cette première saison de l’Actu des Oublié.e.s, hissons les voiles pour un tour du monde des luttes.
Le néo-libéralisme nous prépare une société violente, névrosée et sclérosée, faite de ubers, de reconnaissance faciale et de cloisonnement social. En exploitant les ressources partout, il amplifie le génocide des peuples indigènes et l’écocides des espèces menacées. Mais les initiatives se multiplient pour s’opposer à lui ; précisément dans des pays comme le Chili ou la Colombie, où ce système semblait mieux implanté que nulle part ailleurs.
Durant cet épisode vous écouterez la rapeuse péruvienne Akela, la colombienne Lucia Vargas, les indiennes Ram Sampath, Banvari Devi et Hard Kaur ; et en conclusion, la libanaise Malikah.
L’Actu des Oublié.e.s revient en septembre !
https://audioblog.arteradio.com/blog/157476/podcast/166906/l-actu-des-oublie-e-s-e-p14-tour-du-monde-des-luttes

Read on source website...

Author: CRIC-Grenoble.info

Pourquoi ce site ? La pluralité c’est la santé !... Le discours médiatique dominant est écrasant, présent partout. Il nous assaille de ses analyses qui entretiennent entre autre le sexisme, le nationalisme, le racisme et notamment l’islamophobie, et cherche à dresser les dominé.e.s et les exploité.e.s les un.e.s contre les autres (sans emplois et employé.e.s, allocataires et travailleurs précaires, mal logé.e.s et sans abris, descendant.e.s d’immigré.e.s et nouveaux arrivants...). Ce discours dominant, souvent basé sur des mensonges, occulte les problèmes sociaux majeurs, ne parle jamais de leurs causes, n’autorise jamais des analyses réellement critiques, et ne relaie jamais les luttes sans les manipuler, les marginaliser ou les criminaliser. Nous sommes nombreuses et nombreux à ne pas reconnaître notre réalité dans cette marée médiatique et à penser qu’il est urgent de multiplier les sources de contre-information et de relayer des analyses critiques, des témoignages de réalités vécues, des outils et des informations sur les luttes existantes.