Chroniques Noir & Rouge n°5

Les Chroniques Noir & Rouge sont trimestrielles. Le n° 5 vient de paraître. Voici l’éditorial de ce numéro :
Les Chroniques connaissent une accélération du rythme de leurs parutions. D’aléatoires elles sont devenues trimestrielles. Cela peut s’expliquer à la fois par l’objet du journal et par les circonstances sociales dans lesquelles nous sommes plongés.
En tant que participants de cette Revue de critique bibliographique du mouvement libertaire, nous assistons, comme tout le monde, à la multiplication des publications concernant l’histoire sociale en général, et en particulier celle du courant anarchiste, mais également d’ouvrages qui réexaminent l’ensemble des concepts politiques et philosophiques en regard avec la réalité actuelle ou bien encore des livres qui travaillent sur l’évolution politique liée aux mutations technologiques et écologiques.
Parfois, il est même difficile de rendre compte de toutes les sorties, dans les maisons d’édition spécifiquement libertaires ou chez des éditeurs plus traditionnels. Cela foisonne et nous devrions d’ailleurs nous interroger sur cette abondance qui succède à un profond silence.
La seconde raison de « l’engouement » pour la pensée anarchiste tient au contexte politique qui en favorise la découverte par une partie de la population qui n’est plus négligeable. Certes, le pouvoir en place, quelle que soit sa couleur, a souhaité sa disparition ou son entrée dans les musées. Mais, même là, il a été difficile de cacher par exemple le lien de peintres et d’écrivains célèbres comme Pissarro, Signac, Kupka, Fénéon, Mirbeau et tant d’autres depuis avec le mouvement libertaire.
Nos idées se sont finalement délivrées du carcan intellectuel et judiciaire dans lequel elles étaient enfermées et désormais, les rêves d’utopie appartiennent à tous ceux qui perçoivent la nécessité de les mettre en œuvre.
Le besoin d’une autre voie pour mener nos vies et faire que notre planète reste habitable guide les recherches collectives et individuelles, afin de trouver une nouvelle organisation de la société, qui peut maintenant puiser dans les réflexions et les expériences du mouvement anarchiste.
Mais, face à cette montée d’une véritable contestation sociale, les autorités multiplient elles aussi les mesures et les lois liberticides pour contenir l’explosion.
En France, le gouvernement, avec la loi sécurité globale, a accru les capacités de l’appareil répressif. Et les images de la violence policière se reproduisent presque à l’identique à Paris ou à Hong Kong, en Birmanie ou aux États-Unis, à Moscou ou au Caire, au Brésil comme au Liban. Partout, dans le monde, les peuples se trouvent confrontés à des robocops similaires, super équipés, hyper armés.
Aucun territoire n’échappe à cette vieille détestation réactionnaire des peuples et de leurs aspirations. Le capitalisme a étendu sa mainmise sur l’ensemble de la planète et le totalitarisme n’use plus de maquillage pour camoufler ses méfaits. Il ne cache même pas ses ambitions antidémocratiques, il n’invente plus des menaces extérieures pour justifier une répression intérieure. Il expose cyniquement sa toute-puissance.
La crise sanitaire que nous subissons aujourd’hui reprend également le symbole d’une extension mondiale qui n’épargne ni le territoire ni ses habitants. L’accroissement des inégalités s’y manifeste aussi au travers de l’absence ou du coût des masques, des tests ou des vaccins. Une nouvelle fois, la seule vraie réponse à la pandémie est une solution répressive qui concerne essentiellement les classes populaires.
Avec l’effondrement des dernières protections sociales qui donnaient au plus grand nombre l’illusion de pouvoir échapper à la misère, l’urgence brûlante est de fournir les outils pour formuler une transformation du système capitaliste afin de se libérer de sa domination. Il nous faut inventer un vaccin contre l’aliénation.
Et les Chroniques continueront de participer à cette recherche en ouvrant des pistes de réflexion, en poursuivant les débats et en se faisant l’écho des initiatives intellectuelles qui œuvrent pour l’émancipation de l’humanité.
Contact :
Éditions Noir et Rouge
Appt 170
75 avenue de Flandre
75019 Paris

Read on source website...

Author: AutreFutur.net

Le 07 Novembre 2001, le syndicat communication-culture de la CNT-RP ouvrait son site "autrefutur". D’abord rudimentaire et support de communication du seul syndicat, le site proposait des articles de sa revue "Un Autre Futur" ainsi qu’une pensée (déjà) critique. Comme d’autres sites militants, nous avons reçu des tentatives d’intimidations et des menaces de fermeture ressemblant très fort à des dictatures contre la pensée et les opinions … Qu’importe.