Qu’est-ce qu’un « allié des États-Unis » au Moyen-Orient ?

Source : Responsible Statecraft, Paul R. Pillar
Traduit par les lecteurs du site Les Crises
Le secrétaire d’État américain Michael R. Pompeo rencontre le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à Djeddah, en Arabie saoudite, le 18 septembre 2019. [Photo du département d’État par Ron Przysucha]Les États-Unis ne se sont jamais engagés dans des alliances au Moyen-Orient, qu’il s’agisse d’alliances multilatérales telles que l’OTAN et le traité ANZUS [Australie, Nouvelle Zélande et USA, NdT], ou de pactes de sécurité bilatéraux comme ceux conclus avec le Japon et la Corée du Sud. C’est une bonne chose, étant donné le mélange de rivalités et de conflits dans la région et leur propension à engendrer des guerres. L’implication meurtrière des États-Unis au Moyen-Orient a déjà été assez désastreuse comme ça, même sans aucune alliance à respecter.
C’est avec la formation, en 1955, du Pacte de Bagdad, connu plus tard sous le nom d’Organisation du Traité Central (CENTO), que les États-Unis se sont le plus rapprochés d’un tel engagement. Les États-Unis sont le principal promoteur de cette alliance, bien qu’ils n’en soient jamais devenus membres car, selon le secrétaire d’État de l’époque, John Foster Dulles, l’opposition du lobby israélien rendait plus que douteuse la ratification par le Sénat. Un coup d’État en Irak, une invasion turque à Chypre et une révolution en Iran ont tué le CENTO à la fin des années 1970.
En dépit de l’absence d’engagements des États-Unis dans des alliances, le discours relatif à la politique américaine au Moyen-Orient fait couramment référence aux alliés (et parfois au terme un peu plus neutre de partenaires). Ces termes sont utilisés non seulement comme une description vague mais aussi comme une prescription stratégique, en partant du principe que les États-Unis devraient manifester une préférence ou une considération particulière vis à vis de leurs alliés dans la région.Lire la suite

Read on source website...

Author: Les-Crises.fr

Le site Les-Crises publie des analyses et des articles d’horizons variés afin d’élargir le champ d’information et de réflexion de ses lecteurs, afin de les aider à se faire eux-mêmes leur propre opinion, ce qui est indispensable à un bon exercice de la citoyenneté. Les publier ne signifie donc nullement qu’ils reflètent systématiquement notre pensée (essentiellement pour la géopolitique), mais simplement que nous les jugeons intéressants pour élargir la compréhension d’un sujet. Nous ne sommes donc engagés que par les articles que nous rédigeons nous-mêmes, non par ceux repris, et encore moins par l’intégralité des propos ou pensées des auteurs repris qu’ils auraient exprimés par ailleurs… Merci de nous signaler si un article ou un auteur repris ou un commentaire vous semble poser un problème – une erreur est toujours possible malgré notre vigilance. Nous l’étudierons, et y répondrons ou supprimerons le contenu éventuellement problématique. À la recherche de la Vérité entre la propagande des grands médias (souvent involontaire) aboutissant à la “fabrication du consentement” et les délires conspirationnistes du web que nous combattons (ici ou ici ou ici par exemple), nous faisons en effet tout notre possible pour garantir la meilleure qualité possible aux lecteurs et aux contributeurs qui nous honorent de leur confiance. Nous effectuons cette tâche modestement, car nous n’avons prétention à détenir aucune certitude, ni, surtout, à vous convaincre de quoi que ce soit – nous ne sommes pas des militants. Il est donc très important pour vous de garder un très grand esprit critique et de lire d’autres sites aux regards différents (dont, bien entendu, les médias dits mainstreams) – ce site n’étant évidemment pas un “site d’information” complet…