Emmanuel Macron, « Alassane Ouattara m’a déçu »!

Interviewé en septembre 2020 par les journalistes spécialistes de l’Afrique Antoine Glaser et Pascal Airault pour leur ouvrage « Le piège africain de Macron »*, le Président français se lâche concernant son homologue ivoirien.
« Ca a été une déception ! Je lui ai dit. (…) On a travaillé pendant deux ans pour qu’il y ait une alternance (…) La stabilité de son parti est moins importante que l’alternance démocratique dans son pays. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Je ne peux pas me substituer à lui », explique Emmanuel Macron aux deux journalistes.  En cause? Alors qu’il avait publiquement renoncé à un troisième mandat, Alassane Ouattara s’était finalement représenté en 2020 à la suite du décès de son dauphin, Amadou Gon Coulibaly.
« Au bout de la réconciliation »
Et le chef de l’Etat français de se faire pressant : « Il (Alassane Ouattara) a dorénavant deux responsabilités. Que les choses se passent de la manière la plus pacifiée (possible) et aller au bout de la réconciliation nationale. Et donc d’ouvrir le jeu à ses opposants. Il a fait un premier geste en libérant des proches de Guillaume Soro et ses opposants. On ne peut pas lui enlever ça, mais il faut aller au bout. Aller beaucoup plus loin, aller au bout de la réconciliation ».
Mais que l’on se rassure, à l’issue de la réélection d’Alassane Ouattara en octobre dernier, avec un score à la soviétique de 95,31%, Emmanuel Macron lui a tout de même adressé une lettre de félicitations… C’est qu’on ne peut pas balayer d’un revers de la main le chouchou de la Françafrique, de l’administration française et du patronat français littéralement mis au pouvoir en Côte d’Ivoire par Paris en 2011. Le reste n’est que verbiage.
* « Le piège africain de Macron » d’Antoine Glaser et Pascal Airault, éditions Fayard, avril 2021.
Cet article Emmanuel Macron, « Alassane Ouattara m’a déçu »! est apparu en premier sur Mondafrique.

Read on source website...

Author: MondAfrique.com

Le site Mondafrique.com a été lancé en janvier 2014. Son but est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. La marque « Mondafrique » résume notre propos. La question n’est plus de savoir si l’Afrique est entrée dans le monde, la mondialisation est là, présente qu’on le veuille ou non, avec ses enjeux, ses opportunités et ses ornières. Face aux défis, l’Afrique s’organise régionalement. Le but de « Mondafrique » est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. Autant sur le plan sécuritaire qu’économique et géopolitique, les problématiques de cette partie du monde semblent désormais liées. La mondialisation telle qu’on la connaît aujourd’hui rend ces pays interdépendants, notamment sur le plan des échanges et de la circulation des hommes et des marchandises. La ligne éditoriale est indépendante par rapport aux régimes en place, mais se situe dans un rapport d’engagement en faveur des valeurs citoyennes comme le développement, la transparence, l’équité et tout ce qui est de nature à favoriser les liens qui unissent l’Europe et la France, avec ces pays. Notre propos est d’améliorer la couverture médiatique sur la situation réelle des pays concernés et de donner à un public ciblé des clés pour comprendre les enjeux à venir. Il ne s’agit pas d’un site branché sur l’actualité immédiate Ainsi notre public est plutôt averti déjà des questions traitées et se trouve du coté des « décideurs », des spécialistes et de tous ceux qui cherchent « un plus » d’information et d’éclairage. Nous ne sommes pas un site d’actualité qui recherche l’audience à tout prix, mais un média d’informations pointues qui intéresse un public haut de gamme.