La mauvaise humeur de Rabat contre Berlin

Le Maroc a officiellement décidé, le lundi 1er mars,  de rompre tous ses contacts avec l’ambassade d’Allemagne à Rabat dont les positions diplomatiques sont jugées totalement inamicales 

Les tensions entre les deux pays sont très vives depuis décembre dernier. Berlin avait alors demandé une réunion d’urgence du Conseil de sécurité à la suite de la décision américaine de reconnaître la souveraineté du Maroc sur son Sahara. « Le but, estime-t-on à Rabat, était de freiner l’élan américain et dissuader d’autres puissances, en particulier les pays de l’union européenne, de suivre Washington ».
Mais la méfiance est plus ancienne. En janvier 2020, l’Allemagne avait exclu le Maroc de la conférence de Berlin sur la Libye, alors que les Algériens étaient conviés. Cette exclusion était d’autant plus incompréhensible que la diplomatie marocaine avait joué un rôle central dans les pourparlers entre les diverses parties libyennes notamment en 2015 à Skhirat 
Des médias allemands critiques
Après le coup de tonnerre diplomatique de ce lundi 1er mars, les médias marocains proches du pouvoir relèvent que les thèses pro Polisario reçoivent un écho souvent favorable en Allemagne. Ainsi le 13 février dernier, une chaîne de télévision publique allemande diffusait un reportage sur ce qu’elle a appelé le pillage marocain des ressources naturelles du peuple sahraoui
Plus généralement, les autorités marocaines dénonçaient, ces dernières années,  l’action des fondations allemandes qui orienteraient leurs aides vers des associations jugées défavorables. Ce à quoi les diplomates allemands ont toujours répondu qu’ils n’avaient aucun contrôle sut les choix de ces ONG privées. 
 
Cet article La mauvaise humeur de Rabat contre Berlin est apparu en premier sur Mondafrique.

Read on source website...

Author: MondAfrique.com

Le site Mondafrique.com a été lancé en janvier 2014. Son but est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. La marque « Mondafrique » résume notre propos. La question n’est plus de savoir si l’Afrique est entrée dans le monde, la mondialisation est là, présente qu’on le veuille ou non, avec ses enjeux, ses opportunités et ses ornières. Face aux défis, l’Afrique s’organise régionalement. Le but de « Mondafrique » est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. Autant sur le plan sécuritaire qu’économique et géopolitique, les problématiques de cette partie du monde semblent désormais liées. La mondialisation telle qu’on la connaît aujourd’hui rend ces pays interdépendants, notamment sur le plan des échanges et de la circulation des hommes et des marchandises. La ligne éditoriale est indépendante par rapport aux régimes en place, mais se situe dans un rapport d’engagement en faveur des valeurs citoyennes comme le développement, la transparence, l’équité et tout ce qui est de nature à favoriser les liens qui unissent l’Europe et la France, avec ces pays. Notre propos est d’améliorer la couverture médiatique sur la situation réelle des pays concernés et de donner à un public ciblé des clés pour comprendre les enjeux à venir. Il ne s’agit pas d’un site branché sur l’actualité immédiate Ainsi notre public est plutôt averti déjà des questions traitées et se trouve du coté des « décideurs », des spécialistes et de tous ceux qui cherchent « un plus » d’information et d’éclairage. Nous ne sommes pas un site d’actualité qui recherche l’audience à tout prix, mais un média d’informations pointues qui intéresse un public haut de gamme.