Une tranche de Patate chaude

« La Patate Chaude » est un collectif grenoblois de soutien aux Roms (puis, plus généralement, aux migrant-e-s) actif dans les années 2010. La brochure que voici relate son histoire de fin 2010 à 2015. Elle a pour objectif de conserver une trace de l’existence et de l’action de ce collectif, mais elle se fait également l’écho des questionnements qui l’ont traversé, tant sur sa propre organisation que sur le sens et les écueils de son action. Il ne s’agit donc pas de cultiver la nostalgie de luttes passées en les présentant comme exemplaires : questionner les échecs du collectif est peut-être aussi important que de raconter ses réussites.
Si toutefois cette histoire a quelque chose à montrer, c’est peut-être que les modes d’action possibles sont légion, que le militantisme n’est pas forcé de se cantonner à des manifestations ou à des pétitions et que, même sans conduire au grand soir, certaines actions peuvent parfois produire des effets.
Par ailleurs, au-delà des actions menées par le collectif, ses membres s’accordent généralement sur l’importance de sa composition et de son fonctionnement. La Patate Chaude était constituée d’individus d’horizons et de convictions très divers, qui se sont souvent étonnamment rencontré-e-s, enrichi-e-s et complété-e-s – et plus d’une fois aussi frictionné-e-s.
Enfin, il faut préciser que ce texte n’est pas un panorama complet de l’action du collectif au cours de ces quatre années. La Patate Chaude a en effet également organisé de nombreuses actions qui ne sont pas ou peu évoquées ici. La plupart de ces actions sont relatées sur le blog du collectif.
Bonne lecture !

Read on source website...

Author: CRIC-Grenoble.info

Pourquoi ce site ? La pluralité c’est la santé !... Le discours médiatique dominant est écrasant, présent partout. Il nous assaille de ses analyses qui entretiennent entre autre le sexisme, le nationalisme, le racisme et notamment l’islamophobie, et cherche à dresser les dominé.e.s et les exploité.e.s les un.e.s contre les autres (sans emplois et employé.e.s, allocataires et travailleurs précaires, mal logé.e.s et sans abris, descendant.e.s d’immigré.e.s et nouveaux arrivants...). Ce discours dominant, souvent basé sur des mensonges, occulte les problèmes sociaux majeurs, ne parle jamais de leurs causes, n’autorise jamais des analyses réellement critiques, et ne relaie jamais les luttes sans les manipuler, les marginaliser ou les criminaliser. Nous sommes nombreuses et nombreux à ne pas reconnaître notre réalité dans cette marée médiatique et à penser qu’il est urgent de multiplier les sources de contre-information et de relayer des analyses critiques, des témoignages de réalités vécues, des outils et des informations sur les luttes existantes.