Le Congolais Sassou Nguesso sous le charme de Erdogan

Le général Jean-Marie Mokoko, incarcéré depuis quatre ans, vient enfin de bénéficier d’un bon de sortie du Congo.
 
Les pressions de la France envers ce Saint-Cyrien, resté proche des militaires français, et celles, plus récentes, des Présidents de l’Angola, de la RDC et du Gabon ont fini par convaincre le chef de l’État congolais et, surtout, le patron de la sécurité congolaise, le secrétaire général du Comité national de sécurité nationale, Jean-Dominique Okemba. Le « Hamed Bagayoko congolais » est déjà dans la perspective des élections de 2021.
 
Jean- Marie Mokoko a donc été évacué sanitaire. Non pas vers Paris mais vers Istanbul. Cela n’est guère surprenant. Denis Sassou-Nguesso préside le Comité de haut niveau de  l’Union africaine chargé de la médiation dans la crise libyenne. La Turquie, avec ses mercenaires syriens, s’est engagée militairement aux côtés du Gouvernement d’union nationale de Tripoli (GNA).
 
Afin d’obtenir un soutien de l’Union africaine, Recep Erdogan a entrepris il y a plusieurs mois une opération de charme auprès de Sassou Nguesso,  avec à la clé une coopération multiforme renforcée. Par ces temps difficiles pour le régime congolais,ce soutien ne pouvait se refuser. 
 
L’évacuation de Jean-Marie Mokoko vers Istanbul est donc une aubaine. Chez Erdogan, dans de bonnes mains, cet opposant dangereux pour le régime sera en quelque sorte en résidence surveillée, ce qui n’aurait pas été le cas à Paris.
 
Alors que s’annonce l’élection de 2021, les 11 chefs de l’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont déjà fait leur choix en plaçant Denis Sassou- Nguesso à leur tête pour cinq ans.

Cet article Le Congolais Sassou Nguesso sous le charme de Erdogan est apparu en premier sur Mondafrique.

Read on source website...

Author: MondAfrique.com

Le site Mondafrique.com a été lancé en janvier 2014. Son but est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. La marque « Mondafrique » résume notre propos. La question n’est plus de savoir si l’Afrique est entrée dans le monde, la mondialisation est là, présente qu’on le veuille ou non, avec ses enjeux, ses opportunités et ses ornières. Face aux défis, l’Afrique s’organise régionalement. Le but de « Mondafrique » est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. Autant sur le plan sécuritaire qu’économique et géopolitique, les problématiques de cette partie du monde semblent désormais liées. La mondialisation telle qu’on la connaît aujourd’hui rend ces pays interdépendants, notamment sur le plan des échanges et de la circulation des hommes et des marchandises. La ligne éditoriale est indépendante par rapport aux régimes en place, mais se situe dans un rapport d’engagement en faveur des valeurs citoyennes comme le développement, la transparence, l’équité et tout ce qui est de nature à favoriser les liens qui unissent l’Europe et la France, avec ces pays. Notre propos est d’améliorer la couverture médiatique sur la situation réelle des pays concernés et de donner à un public ciblé des clés pour comprendre les enjeux à venir. Il ne s’agit pas d’un site branché sur l’actualité immédiate Ainsi notre public est plutôt averti déjà des questions traitées et se trouve du coté des « décideurs », des spécialistes et de tous ceux qui cherchent « un plus » d’information et d’éclairage. Nous ne sommes pas un site d’actualité qui recherche l’audience à tout prix, mais un média d’informations pointues qui intéresse un public haut de gamme.