INCENDIE À LA BRUYÈRE : Solidarité avec les victimes, des logements pour tous !

Cet incendie qui rappelle celui des tours du Crous il y a quatre ans aurait dû être évité par les pouvoirs publics, qui sont responsables de cette situation : pourquoi un relogement n’a pas été mis en place auparavant alors qu’il était su que le lieu n’était pas fait pour abriter autant de personnes ?
Comme d’habitude, on attend qu’un drame intervienne. Heureusement aujourd’hui, il n’y a pas eu de morts.
Cette situation est d’autant plus frappante qu’à moins de cent mètres de là, des centaines de logements sociaux sont vides : au 10-20 et au 30 galerie de l’Arlequin.
Le dernier étage du 10 Arlequin, totalement vide, suffirait à reloger tout le monde dignement, et pas dans un gymnase où la canicule écrasante risque de mettre en danger la santé de ses futurs occupants.
Nous rappelons au passage que le maire de Grenoble Éric Piolle a le pouvoir de réquisionner des logements vacants selon l’article L2212-2 du Code général des collectivités territoriales. Lui qui a si bien su distribuer des médailles lors du précédent incendie doit être en mesure d’avancer vers des solutions concrètes, les habitants attendent donc des actes.
https://fr-fr.facebook.com/112065936830696/videos/3245850682118629/

Read on source website...

Author: CRIC-Grenoble.info

Pourquoi ce site ? La pluralité c’est la santé !... Le discours médiatique dominant est écrasant, présent partout. Il nous assaille de ses analyses qui entretiennent entre autre le sexisme, le nationalisme, le racisme et notamment l’islamophobie, et cherche à dresser les dominé.e.s et les exploité.e.s les un.e.s contre les autres (sans emplois et employé.e.s, allocataires et travailleurs précaires, mal logé.e.s et sans abris, descendant.e.s d’immigré.e.s et nouveaux arrivants...). Ce discours dominant, souvent basé sur des mensonges, occulte les problèmes sociaux majeurs, ne parle jamais de leurs causes, n’autorise jamais des analyses réellement critiques, et ne relaie jamais les luttes sans les manipuler, les marginaliser ou les criminaliser. Nous sommes nombreuses et nombreux à ne pas reconnaître notre réalité dans cette marée médiatique et à penser qu’il est urgent de multiplier les sources de contre-information et de relayer des analyses critiques, des témoignages de réalités vécues, des outils et des informations sur les luttes existantes.