Pour 400 millions d’arriérés : Eiffage ferme le péage à Dem dikk

A partir d’aujourd’hui, prendre le péage ne sera plus un privilège pour certains usagers des bus Dakar dem dikk sur certaines lignes. Le Quotidien a appris de personnes sûres que le concessionnaire a décidé, depuis hier soir à minuit, de désactiver toutes les cartes «Rapido» post-payées à la disposition des bus de la compagnie nationale des transports urbains et interurbains. A la base, un contentieux de 400 millions réclamés par la Senac Sa à la compagnie dirigée par Me Moussa Diop.
Cette somme serait due depuis bien avant la pandémie de coronavirus et aurait fait, toujours selon les personnes qui ont bien suivi ce dossier, l’objet de plusieurs relances. La direction de Dakar dem dikk n’a même pas été en mesure d’honorer les nombreuses échéances qui lui auraient été accordées pour lui permettre de se soulager de cette créance.
Pourtant, les mêmes sources assurent que du fait du Covid-19, la Senac Sa, tenant compte de la qualité des relations qu’elle entretient avec une entreprise qui fait partie de ses plus gros clients, avait dispensé les cars Ddd de paiement du péage en signe de contribution à la lutte contre le Covid-19, et tenant compte du fait que le transporteur avait perdu une grande partie de sa clientèle avec la pandémie.
Maintenant que les choses reviennent doucement à la normale, la décision de la filiale d’Eiffage concessions va obliger, si Me Moussa Diop ne retrouve pas ses esprits et débloque une partie du financement qui lui a été accordé dans le cadre du Fonds Covid-19, les chauffeurs des bus Dakar dem dikk à acquérir des cartes prépayées Rapido pour leurs bus. Ou, faute de mieux, à emprunter les lignes de paiement manuel comme nombre d’usagers lambda, avec les inconvénients qui vont avec aux heures de pointe.
Ou sinon, il leur restera également la solution de la Route nationale…

Read on source website...

Author: LeQuotidien.sn

Le Quotidien est un journal sénégalais d'informations générales en langue française qui paraît tous les jours de la semaine. Le journal a été créé par Madiam Bal Diagne, un ancien journaliste de Wal Fadjri. Le premier numéro a été publié le lundi 24 février 2003. Le Quotidien est édité par la société de droit sénégalais Avenir Communication. Il revendique sa neutralité et ne se réclame d'aucun parti politique. Le journalisme d'investigation est sa priorité. Sa diffusion quotidienne est de 10 000 exemplaires.