2 mois sans salaire pour Ahmed Berrahal. La RATP veut affamer les syndicalistes : soyons solidaires !

La sanction d’Ahmed Berrahal, syndicaliste CGT à la RATP réprimé pour faits de grève, vient d’être confirmée : deux mois de mise-à-pied sans salaire. Si la mobilisation a permis d’éviter la révocation, cette condamnation reste scandaleuse et en appelle à notre solidarité.
Les soutiens avaient été nombreux le 10 juin dernier pour soutenir Ahmed Berrahal, délégué CGT du dépôt RATP Flandre à Pantin qui passait en conseil de discipline, accusé de blocage de bus dans le cadre de la grève de l’hiver dernier. Menacé de révocation, Ahmed a finalement écopé de deux mois de mise-à-pied sans salaire, une sanction d’autant plus lourde qu’elle intervient après les pertes de salaires liées à la grève de l’hiver dernier, que la RATP ne s’était pas donné la peine d’échelonner. Les motifs mentionnés sur le courrier notifiant la sentence sont une claire atteinte au droit de grève : “non-respect du règlement intérieur du département Bus, entrave à la liberté du travail, entrave à la libre circulation des autobus et désorganisation de l’entreprise dans l’exercice de sa mission de service public”.
Cette répression scandaleuse a bien évidemment valeur d’exemple pour la RATP, comme le soulignait Anasse Kazib, cheminot délégué SUD Rail, lors du rassemblement de soutien à Alexandre El Gamal ce lundi après-midi : “lorsqu’avec un salaire déjà le 10 du mois on n’arrive pas à vivre, qu’est-ce qu’on veut faire d’un salarié qui ne touche aucun salaire pendant 2 mois sinon l’affamer ? Ils essayent d’affamer des salariés pour en faire des exemples. Il veulent que lorsqu’Ahmed ou Alex marchent dans les dépôts ce soit écrit sur leur front ‘fermez tous vos gueules parce que vous serez les prochains’. Donc on n’est pas là en train de défendre Pierre, Paul ou Jacques mais on défend le droit à militer et à défendre les salariés”.
Quoi qu’il en soit, comme l’ont rappelé Alexandre et Ahmed encore ce lundi à Vitry, cet acharnement à leur encontre ne parviendra pas à les intimider. “Pour chaque personne qui passera en disciplinaire il faut montrer à cette direction qu’il y aura du monde sur place pour être solidaire”, soulignait Ahmed. “En nous mettant deux mois de mise-à-pied ils veulent qu’on crève de faim mais ce qu’ils ne savent pas c’est qu’il y a quand même une solidarité, il y a des caisses de solidarité pour que les gens nous aident à tenir debout et pour ça ils ont la haine !”
Pour vous joindre à cet élan de solidarité et couper l’herbe sous le pied à la répression sans limite de la RATP, nous invitons nos lecteurs à contribuer à la cagnotte de soutien à Ahmed Berrahal.

Read on source website...

Author: RevolutionPermanente.fr

Site d´information du Courant Communiste Révolutionnaire du NPA.