La pandémie de covid-19 a chamboulé toutes ses prévisions : La Tunisie sauvera-t-elle sa saison touristique ?

La Tunisie a clairement maîtrisé la propagation de la Covid-19 avec un aplatissement de la courbe de propagation du virus. Il ne reste plus que 116 cas actifs sur les 1046 recensés.
La récente dizaine de nouveaux cas est essentiellement importée, via les vols de rapatriement, notamment de Libye et d’Arabie Saoudite. La Tunisie compte néanmoins s’adapter pour reprendre ses activités économiques et sauver sa saison touristique.
Dans les administrations et les grandes surfaces, le port du masque de protection est désormais obligatoire. La distanciation physique est également de mise. En plus, il s’agit de se désinfecter les mains, avant d’accéder à différents espaces.
La Tunisie entreprendra ce lundi, juste après la fête de l’Aid, sa deuxième phase de confinement ciblé, avec l’ouverture des cafés et des restaurants, sans s’y attabler. Les commandes sont à emporter, en utilisant des ustensiles jetables. Les élèves des classes de terminale vont, également, reprendre les cours pendant quatre semaines pour préparer leur baccalauréat.
Les étudiants reprendront leurs études, une semaine plus tard, soit le 1er juin, pour préparer leurs examens. Les autorités sont en train de désinfecter les mosquées et d’examiner les procédures à appliquer, pour faire respecter la distanciation physique lors des prières. La Tunisie s’active pour vivre avec la Covid-19.
Contrôles stricts
Par ailleurs, tout comme les Tunisiens rapatriés de l’étranger, et les staffs médicaux traitant les cas de Covid-19 sont tenus d’effectuer le confinement pendant 14 jours, et que cela a été pratiqué majoritairement dans des hôtels, ces établissements ont déjà appris les méthodes de désinfection des chambres et des espaces communs.
Ces hôtels se préparent à une éventuelle reprise de leurs activités dans le cas où il y aurait une clientèle. Déjà, quelques unités hôtelières sont restées ouvertes pour héberger des étrangers ayant opté pour la Tunisie.
Certains par obligation, faute de moyens de rapatriement chez eux. D’autres, notamment des Français à Djerba, pensent être plus en sécurité dans l’île des rêves, considérée pourtant comme un foyer de la pandémie en Tunisie, avec une cinquantaine de cas.
Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Mohamed Ali Toumi, a tenu avant-hier une conférence de presse pour annoncer des mesures de soutien à ce secteur qui représente près de 10% du PIB et emploie près de 400 000 personnes.
Le ministre a annoncé un protocole sanitaire, devant être appliqué par les hôtels, pour limiter les risques de contagion à la Covid-19. «Il y aura une limitation de la capacité d’accueil des hôtels, des mesures de distanciation dans les restaurants, à la piscine et la plage», a expliqué Mohamed Ali Toumi, qui a également parlé d’un total de 500 millions de dinars (154 millions d’euros) de prêts, qui seront débloqués pour aider les professionnels du secteur à faire face à la crise.
Les Allemands en pole position
Le ministre du Tourisme a néanmoins rappelé que la décision de réouverture des frontières ne dépend pas uniquement des professionnels du secteur. Mais, qu’elle dépend, surtout, de l’évolution de la situation épidémiologique et des autres opérateurs, à l’échelle locale et internationale.
Des échos laissent toutefois entendre que des contacts avancés ont été entrepris avec des partenaires classiques de la Tunisie, comme les Allemands, qui ont déjà exprimé la possibilité de venir passer l’été, ailleurs que chez eux. Faut-il ici rappeler les récents propos du ministre du Développement, Gerd Muller, qui a envisagé cette possibilité, pour l’Afrique du Nord, notamment lorsque les destinations «respectent les normes d’hygiène».
Dans le même ordre d’idées, le président de l’Association des voyagistes allemands (DRV), NorbergFiebig, combat pour la reprise d’activités de vacances et de voyages à l’étranger.
Mais, il serait utile de rappeler qu’aucune date de réouverture des frontières n’a encore été évoquée, ni pour l’Allemagne et, encore moins pour la Tunisie. Ces vœux dépendraient largement des résultats de la lutte en cours contre le coronavirus.
Tunis
De notre correspondant  Mourad Sellami
L’article La pandémie de covid-19 a chamboulé toutes ses prévisions : La Tunisie sauvera-t-elle sa saison touristique ? est apparu en premier sur El Watan.

Read on source website...

Author: ElWatan.com

Le quotidien El Watan a été lancé le 8 octobre 1990, dans le sillage des réformes politiques, par vingt journalistes regroupés dans la SPA El Watan. Premier journal indépendant du matin, d’expression française, à être édité en Algérie, il a basé sa ligne éditoriale sur un traitement objectif de l’information, en développant des analyses pertinentes, une vérification rigoureuse des informations publiées et un souci constant d’ouverture à l’ensemble des sensibilités politiques du pays, notamment celle de l’opposition démocratique.