Côte d’Ivoire, l’as de la finance internationale, Tidjane Thiam, présidentiable

Tidjane Thiam, l’ancien directeur du Crédit suisse, est pressenti comme un potentiel candidat à l’élection présidentielle ivoirienne de 2020 après une absence de vingt ans.

Un article de Syndie Amoussou

Agé de 58 ans, Tidjane Thiam est présenté par la presse internationale comme la personnalité pressentie pour succéder au président Alassane Ouattara. Premier africain à avoir dirigé un géant de la city l’assureur prudentiel

Tout
semble présager que Monsieur Tidjane avait un rendez-vous avez le destin
ivoirien.  Directeur général du
Crédit suisse jusqu’à sa démission en février 2020 à la suite d’un scandale
d’espionnage. Une Triste fin de carrière au sein du crédit suisse ou
rendez-vous avec le destin ?

Quoi
qu’il en soit, cet évènement marque le retour de Tidjane Thiam sur la scène
Ivorienne, du moins dans les médias de l’hexagone. L’homme, plutôt discret, fait
son entrée sur les réseaux sociaux en janvier (twitter, Instagram). En un temps
record, un groupe de soutiens s’est créé sur les réseaux sociaux.  « Les amis de Tidjane Thiam » Le nom de
Tidjane fredonne au bout des lèvres et il commence à sonner familier. 

Le
12 Mars 2020. Le journal Jeune Afrique sort un article intitulé « la Côte
d’Ivoire attend le retour de Tidjane Thiam, le fils prodige ». Ce qui laisse,
de toute évidence, supposer que la candidature de Thiam à la magistrature suprême
n’est plus qu’un secret de polichinelle. Car, selon nos confrères de Jeune
Afrique, « l’avenir du franco- ivoirien alimente les dîners mondains ».

Une légitimité interne à prouver

Incontestablement brillant, ayant à son actif une expérience
avérée dans les rouages de la finance internationale, notamment dans les banques
et les assurances, Tidjane Thiam fait la fierté d’une fraction de l’opinion
publique africaine. Toutefois sa popularité, en dehors de
« l’intelligentsia africaine » et des magnats de la finance mondiale,
n’est pas retentissante au sein des masses populaires ivoiriennes. A quelques
mois de l’élection présidentielle ivoirienne, Thiam reste peu connu des
populations ivoiriennes, surtout d’une couche importante, de la jeunesse. Depuis
1999, il n’a officiellement pas foulé le sol ivoirien. Comment pourra-il être
investi de la confiance du peuple ivoirien, alors qu’il n’a pas un ancrage
électoral important ? Un constat qui révèle le contraste entre le discours
médiatique dominant et la réalité électorale ivoirienne.

C’est sans doute pour palier ce hiatus qu’un groupe de choc,
bien que minoritaire, s’organise pour préparer l’entrée en politique de
« l’enfant prodige de la Côte d’Ivoire ». Les affiches de campagne et
les formules dithyrambiques se multiplient déjà sur les réseaux sociaux. Tout
parait investir l’ancien banquier d’un rôle messianique.

Une question taraude également l’esprit des observateurs
ivoiriens les plus avertis. En dehors de son expérience en management financier
international, Thiam possède- t-il la capacité de gouverner un pays qu’il ne
connait quasiment plus (du moins sur le plan sociologique et politique) ? La
bataille ne s’annonce pas si facile en présence de leaders et de partis
politiques historiques (Laurent Gbagbo du FPI et Henry
Konan Bédié du PDCI-RDA) bénéficiant d’une très bonne capacité d’organisation
et de mobilisation à l’échelle nationale et internationale. L’un des candidats
redoutables, accusé d’enrichissement illicite, Guillaume Soro, l’ancien chef
rebelle, a été condamné à vingt années de prison ferme.

La cooptation pourrait être l’occasion rêvée pour Tidjane
Thiam de réussir la course présidentielle.  Henry Konan Bédié, dans le gouvernement duquel il fut
ministre, est le dernier troglodyte de la politique ivoirienne. Thiam ne
pourrait-il pas compter sur le parrainage de ce dernier auprès des barons du
PDCI-RDA ?  Gon Coulibaly, le
candidat favori du président de la République sortant, affiche une santé
fragile. Cette situation malencontreuse pourrait sans doute changer les règles
du jeu. Tidjane Thiam a une trajectoire professionnelle similaire à celle du
président Ouattara. En créant un capital de sympathie entre le président
ivoirien et lui, il est tout à fait possible qu’il soit pressenti comme son
successeur.

Malgré le rejet de « la cooptation » et du
« parachutage » par une large fraction de l’opinion africaine
(la jeunesse ivoirienne en particulier), tous les scénarios de dernières
minutes sont possibles.

Le renouveau dans la continuité

Tidjane Thiam est présenté comme un candidat qui se distingue par son extériorité avec les affaires politiques ivoiriennes. Ce qui n’est tout pas tout à fait le cas.

Après avoir travaillé en tant que
consultant de management pour le Cabinet de Conseil Mckinsey &Compagny, il
est appelé en 1994 par le président Henri Konan Bédié, successeur du premier président
Félix Houphouët Boigny, pour occuper le poste du Bureau National d’Etudes
techniques et de développement (BNET). Il n’avait que 32 ans.  

Par
la suite, il est promu directeur général du BNET.  De 1994 à 1999, durant la phase de la dévaluation du franc CFA,
Thiam est fortement impliqué, sous la tutelle des institutions de Breton Woods,
dans les négociations visant la privatisation massive des secteurs clés détenus
par l’Etat ivoirien.

Durant
cette période d’ajustements structurels et de dévaluation du franc CFA, la
population ivoirienne vit une hausse de la pauvreté. Parmi les secteurs
privatisés on compte des entreprises agricoles, de réseaux téléphoniques, et de
services en charge de la production d’électricité. En 1998, il est nommé
ministre du plan et du Développement pour aller plus loin dans l’application
des directives de Breton Woods.  Cette politique néo libérale a précarisé les couches sociales
ivoiriennes et a provoqué un désengagement total de l’Etat ivoirien dans
certains secteurs prioritaires.

Ainsi,
à l’aune de ce parcours, il apparait sans doute que Thiam n’est pas totalement
étranger à la mise en œuvre des politiques publiques ivoiriennes bien que son
séjour dans le gouvernement n’ait pas été long. Il sera difficile pour lui, exécutant
des mesures de la Banque Mondiale et du FMI, banquier de haut niveau, de
persuader une jeunesse ivoirienne de plus en plus séduite par les discours
« progressistes » et « émancipateurs » en vogue sur le
continent africain. Il faut tout même rappeler le lien filial de Thiam avec le
premier président ivoirien, Félix Houphouët Boigny, présenté comme
« l’architecte de la France-Afrique ». Il est le fils de la cousine
du « Vieux bélier de Yamoussoukro ». Sa socialisation primaire et son
parcours professionnel font de lui un homme politique prédisposé à défendre une
vision exogène du développement économique et social de la Côte d’Ivoire et à
être un interlocuteur privilégié de la communauté internationale. L’Union
Africaine a d’ailleurs favorisé son retour en faisant appel à ses services dans
le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Enfin,
le profil de Tidjane Thiam est similaire, à bien des endroits, à celui du
président sortant soutenu par la communauté internationale lors de la crise
post-électorale.  L’expérience
africaine des dernières décennies a pourtant permise de prouver l’inefficacité
des mesures néo libérales. L’histoire récente de la Côte d’Ivoire a prouvé qu’un
bon technocrate ne fait pas forcément un bon gouvernant capable de permettre à
son pays d’atteindre un véritable développement qui ne profite pas qu’à une
petite minorité. Car, au-delà des logiques obsessionnelles de résultats, le
technocrate ne tient que très peu compte de l’humain. Il est soumis à
l’évidence des chiffres. Le hiatus est visible :  la croissance officielle est annoncée à
7 % et la paupérisation croit inexorablement dans la population ivoirienne.  

Cet article Côte d’Ivoire, l’as de la finance internationale, Tidjane Thiam, présidentiable est apparu en premier sur Mondafrique.

Read on source website...

Author: MondAfrique.com

Le site Mondafrique.com a été lancé en janvier 2014. Son but est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. La marque « Mondafrique » résume notre propos. La question n’est plus de savoir si l’Afrique est entrée dans le monde, la mondialisation est là, présente qu’on le veuille ou non, avec ses enjeux, ses opportunités et ses ornières. Face aux défis, l’Afrique s’organise régionalement. Le but de « Mondafrique » est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. Autant sur le plan sécuritaire qu’économique et géopolitique, les problématiques de cette partie du monde semblent désormais liées. La mondialisation telle qu’on la connaît aujourd’hui rend ces pays interdépendants, notamment sur le plan des échanges et de la circulation des hommes et des marchandises. La ligne éditoriale est indépendante par rapport aux régimes en place, mais se situe dans un rapport d’engagement en faveur des valeurs citoyennes comme le développement, la transparence, l’équité et tout ce qui est de nature à favoriser les liens qui unissent l’Europe et la France, avec ces pays. Notre propos est d’améliorer la couverture médiatique sur la situation réelle des pays concernés et de donner à un public ciblé des clés pour comprendre les enjeux à venir. Il ne s’agit pas d’un site branché sur l’actualité immédiate Ainsi notre public est plutôt averti déjà des questions traitées et se trouve du coté des « décideurs », des spécialistes et de tous ceux qui cherchent « un plus » d’information et d’éclairage. Nous ne sommes pas un site d’actualité qui recherche l’audience à tout prix, mais un média d’informations pointues qui intéresse un public haut de gamme.