« Nous, le peuple, refusons de nous battre » : Abandonnez le champ de bataille !

Désobéissez à des ordres illégaux
Par le Prof Michel Chossudovsky − 14 février 2020 − Source Global Research
« Tout au long de l’histoire de l’humanité, il y a eu des meurtriers et des tyrans ; et bien qu’il puisse sembler momentanément qu’ils aient le dessus, ils sont toujours tombés ». (Mahatma Gandhi)
« Les États-Unis ont abandonné leurs prétentions à la légalité et à la décence internationales et se sont lancés dans une course effrénée à l’impérialisme brut ». (William Rockler, procureur du tribunal de Nuremberg)
17 ans après l’invasion de l’Irak par les États-Unis en mars 2003.
Il s’agit d’une guerre illégale. Le peuple irakien demande le retrait des troupes américaines.

Syrie, soutien populaire massif au président Al Assad« Ramener les troupes à la maison maintenant » est une déclaration forte mais ambiguë car elle accepte la légitimité du commandant en chef qui a l’autorité de prendre cette décision. Et si cette décision était prise, elle constituerait un jalon historique.
Mais nous ne pouvons pas compter sur Donald Trump pour prendre cette décision.
La guerre est illégale et criminelle.
Les déclarations officielles de la Maison Blanche et les médias à l’unisson affirment que les troupes américaines sont en Irak, en Afghanistan et en Syrie dans le cadre d’un projet anti-terroriste contre ISIS-Daesh.
C’est absurde.
L’ISIS est ce que la CIA appelle une « source de renseignement » qui est recrutée, formée et financée par les États-Unis et leurs alliés.
Indépendamment de la décision du commandant en chef américain, à savoir le président Donald Trump, les troupes américaines et de la coalition stationnées en Irak et en Afghanistan ont une obligation morale et juridique d’ »abandonner le champ de bataille » et nous devons rendre ce choix possible pour les militaires actuellement en Irak.
« Abandonner le champ de bataille » détruit la légitimité du commandant en chef. Cela revient à nier l’autorité du régime Trump à mener une guerre illégale et criminelle au nom du peuple américain.
Ce qu’il dit, c’est que « Nous, le peuple, refusons de combattre » dans une guerre qui viole le droit international et la Constitution américaine.
La guerre en Irak est une entreprise criminelle. Elle viole la Charte de Nuremberg, la Constitution américaine et la Charte des Nations unies.
Selon Lawrence Mosqueda, les troupes américaines ont le « devoir de désobéir à tout ordre illégal ».
Le serment militaire prêté au moment de l’intronisation exige un soutien et une allégeance sans faille à la Constitution américaine, tout en exigeant que les troupes américaines obéissent aux ordres de leur président et de leur commandant en chef :
« Je, ____________, jure (ou affirme) solennellement que je soutiendrai et défendrai la Constitution des États-Unis contre tous les ennemis, étrangers et nationaux ; que je serai fidèle et loyal à celle-ci ; et que j’obéirai aux ordres du Président des États-Unis et aux ordres des officiers désignés au-dessus de moi, conformément aux règlements et au Code régulier de justice militaire. Que Dieu me vienne en aide ».
Le Président et le commandant en chef ont violé de manière flagrante tous les principes du droit national et international. Ainsi, faire le serment d’ »obéir aux ordres du Président » équivaut à violer plutôt qu’à défendre la Constitution américaine.
Selon Mosqueda :
« Le Code régulier de justice militaire (CRJM) 809.ART.90 (20), indique clairement que le personnel militaire doit obéir au « commandement légal de son supérieur », 891.ART.91 (2), à « l’ordre légal d’un adjudant », 892.ART.92 (1) à « l’ordre général légal », 892.ART.92 (2) à « l’ordre légal ». Dans chaque cas, le personnel militaire a l’obligation et le devoir de n’obéir qu’aux ordres légaux et a même l’obligation de désobéir aux ordres illégaux, y compris les ordres du Président qui ne sont pas conformes au CRJM. L’obligation morale et légale est envers la Constitution américaine et non envers ceux qui émettraient des ordres illégaux, surtout si ces ordres sont en violation directe de la Constitution et du CRJM ».
(Mosqueda, op cit,  http://www.globalresearch.ca/articles/MOS303A.html )
Le commandant en chef est un criminel de guerre. Selon le principe 6 de la Charte de Nuremberg :
« Le fait qu’une personne [par exemple les troupes de la coalition] ait agi sur ordre de son gouvernement ou d’un supérieur ne la dégage pas de sa responsabilité au regard du droit international, à condition qu’un choix moral lui ait été effectivement possible ».
Rendons ce « choix moral » possible, en enrôlant des militaires américains, britanniques, canadiens et de la Coalition.
Désobéissez aux ordres illégaux ! Abandonnez le champ de bataille ! …
Refusez de vous battre dans une guerre qui viole de manière flagrante le droit international et la Constitution américaine !
Mais ce n’est pas un choix que les hommes et les femmes enrôlés peuvent faire individuellement.
C’est un choix collectif et sociétal, qui nécessite une structure organisationnelle.

Quelles sont les exigences ?
En réponse au mouvement de protestation irakien, qui exige le retrait des forces américaines, le mouvement anti-guerre doit aider les hommes et les femmes enrôlés à rendre possible ce choix moral, celui d’abandonner le champ de bataille en Irak et en Afghanistan.
Ce ne sera pas une tâche facile. Des comités au niveau local doivent être mis en place à travers les États-Unis, mais aussi dans d’autres pays qui ont des troupes en Irak et en Afghanistan (ainsi que dans d’autres pays du Moyen-Orient).
Ces comités devraient également fournir une protection, un soutien et des conseils juridiques aux soldats qui refusent de se battre et qui risquent des peines de prison pour désertion, comme dans le cas du sergent Camilo Mejia, qui a été condamné par un tribunal militaire en mai 2004 :
« Je suis assis ici en homme libre… Je serai assis derrière les barreaux en homme libre parce que j’ai fait ce qu’il fallait », a déclaré Mejia.
Camilo Mejía a été libéré de prison en février 2005.
Lorsque les militaires rentrent chez eux, nous devons veiller à ce qu’ils ne soient pas obligés de retourner sur le théâtre de guerre. Nous devons nous engager dans un processus qui les protège de la cour martiale.
Nous appelons les associations d’anciens combattants et les communautés locales à soutenir ce processus.
Ce mouvement doit démanteler la campagne de désinformation. Il doit effectivement mettre fin à l’endoctrinement des troupes de la coalition, qui sont amenées à croire qu’elles mènent « une guerre juste » : « une guerre contre les terroristes ».
Il ne peut y avoir de guerre « contre » les terroristes lorsque des mercenaires affiliés à Al-Qaïda sont recrutés par les États-Unis et leurs alliés, dont l’Arabie saoudite et Israël. La légitimité du commandant en chef américain doit être remise en cause.
L’administration américaine doit tirer les leçons de l’histoire.
Parallèlement, un débat anti-guerre au sein des forces armées américaines est nécessaire, qui remet en question la légitimité des guerres d’Irak et d’Afghanistan. De nombreux commandants au plus haut niveau sont pleinement conscients que « la guerre contre le terrorisme » contre Al-Qaïda et ISIS-Daesh est « fausse ».
Les peuples irakien et afghan mènent une lutte pour chasser les envahisseurs américains. Et cette résistance est en train de gagner. En fin de compte, la seule solution pour les occupants américains, britanniques et de la coalition est de se retirer.
Le mouvement anti-guerre doit remettre en question la légitimité non seulement de l’administration Trump et de son indéfectible allié britannique, mais aussi de tous les gouvernements qui soutiennent directement ou qui se contentent d’un soutien de pure forme à l’occupation militaire dirigée par les États-Unis.
Prof Michel Chossudovsky
Michel Chossudovsky est un auteur primé, professeur d’économie (émérite) à l’Université d’Ottawa, fondateur et directeur du Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) de Montréal, rédacteur en chef de Global Research.
Une version antérieure de cet article a été publiée en juin 2004, elle a été révisée et mise à jour (14 février 2020). Copyright © Prof Michel Chossudovsky, Global Research, 2020
Traduit par Michel, relu par xxx pour le Saker Francophone

Read on source website...