Coronavirus (2), la Chine bouc émissaire de l’épidémie en Afrique

Parti de son berceau chinois, le Coronavirus est arrivé en Afrique presque exclusivement en passant par l’Europe.

Ce fut pendant longtemps une réalité lointaine, une actualité regardée tantôt avec scepticisme, tantôt avec indifférence. Mais la pandémie du Coronavirus a fini par arriver brutalement en Afrique. D’Ouest en Est, du Nord au Sud, tous les jours de nouveaux cas sont désormais déclarés alors que le nombre de contamination de progresse.

Avec moins de 500 cas pour l’ensemble du continent, l’Afrique reste, pour l’instant au moins, relativement épargnée par la pandémie du Coronavirus. Sur le continent, la létalité de la maladie reste également un autre élément d’appréciation : moins de deux pays sur 34 ont connu des cas mortels.

La Chine présumée coupable

Au-delà des statistiques, c’est le circuit emprunté par la maladie pour arriver en Afrique qui surprend. Considérant l’intensité des relations, notamment, économiques entre la Chine et l’Afrique (Chinafrique), toutes les hypothèses envisageaient que la maladie arrive « directement » sur le continent en provenance de la Chine. Qu’elle soit apportée par des Africains qui ont des relations régulières avec la Chine ou par des membres de la très nombreuse diaspora chinoise établie en Afrique.

Or il n’en fut rien : parti de son berceau chinois, le Coronavirus est arrivé en Afrique presque exclusivement en passant par l’Europe. En effet, les cas de contamination détectés en Afrique ont été le fait des ressortissants européens installés ou de passage en Afrique ou la responsabilité d’Africains vivant en Europe ou ayant récemment séjourné dans un pays européen. On aurait pu dire peu importe le circuit emprunté par la maladie, l’essentiel est de constater qu’elle est déjà là.

Loin d’être anecdotique, la provenance de la maladie est aujourd’hui un élément clée du rapport entre certains Africains et la maladie

Des équipements sanitaires inadaptés

Pour ceux-là, le Coronavirus est
une maladie d’origine étrangère « importée » sur le continent. Il
n’en faut pas plus pour alimenter le scepticisme,  ouvrir la voie à des réactions irrationnelles et à des interprétations
sans lien avec la science. Ici, on prétend que manger de l’aie peut vous
protéger de la pandémie. Là, on vous recommande de
prendre du jus gingembre pour éviter toute forme de contamination. Plus loin,
on vous jure que le virus ne résiste pas à la température ambiante des pays
africains.  Ailleurs encore, on
vous exhorte à vous laver avec de l’eau bouillante pour esquiver le virus. Dans
ces conditions, l’adhésion à des gestes-barrières tels que « éviter de se
serrer les mains » « ne pas se faire des accolades » ou renoncer
aux attroupements (mariages, baptêmes, décès) a peu de chances de prospérer
dans de nombreux pays africains.

Si la pandémie progresse, il est
donc à crainte que s’inverse le niveau de létalité en Afrique, surtout dans les
Etats qui ne disposent des systèmes de santé très performants.

 Pour nombre de spécialistes, l’une des chances de l’Afrique
c’est que le Coronavirus a commencé par les pays du continent qui disposent de
structures de santé acceptables et d’un personnel médical bien formé :
Egypte, Algérie, Tunisie, Maroc, Afrique du Sud, Sénégal, Côte d’Ivoire.

Avec l’annonce des cas au Burkina
Faso, en Guinée-Equatoriale, au Bénin on descend sur le palier inférieur en
termes de qualité d’infrastructures sanitaires et de personnel adéquat. L’arrivée
du Coronavirus en Centrafrique, pays en plein conflit armé, nous conduit à un second
palier inférieur. Celui des pays africains où le système de santé a été détruit
par les conflits, le terrorisme ou l’incurie des dirigeants.
Cet article Coronavirus (2), la Chine bouc émissaire de l’épidémie en Afrique est apparu en premier sur Mondafrique.

Read on source website...

Author: MondAfrique.com

Le site Mondafrique.com a été lancé en janvier 2014. Son but est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. La marque « Mondafrique » résume notre propos. La question n’est plus de savoir si l’Afrique est entrée dans le monde, la mondialisation est là, présente qu’on le veuille ou non, avec ses enjeux, ses opportunités et ses ornières. Face aux défis, l’Afrique s’organise régionalement. Le but de « Mondafrique » est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. Autant sur le plan sécuritaire qu’économique et géopolitique, les problématiques de cette partie du monde semblent désormais liées. La mondialisation telle qu’on la connaît aujourd’hui rend ces pays interdépendants, notamment sur le plan des échanges et de la circulation des hommes et des marchandises. La ligne éditoriale est indépendante par rapport aux régimes en place, mais se situe dans un rapport d’engagement en faveur des valeurs citoyennes comme le développement, la transparence, l’équité et tout ce qui est de nature à favoriser les liens qui unissent l’Europe et la France, avec ces pays. Notre propos est d’améliorer la couverture médiatique sur la situation réelle des pays concernés et de donner à un public ciblé des clés pour comprendre les enjeux à venir. Il ne s’agit pas d’un site branché sur l’actualité immédiate Ainsi notre public est plutôt averti déjà des questions traitées et se trouve du coté des « décideurs », des spécialistes et de tous ceux qui cherchent « un plus » d’information et d’éclairage. Nous ne sommes pas un site d’actualité qui recherche l’audience à tout prix, mais un média d’informations pointues qui intéresse un public haut de gamme.