Sahara Occidental : «L’inacceptable agression des Comores contre la RASD»

Le président de la commission des relations extérieures du Front Polisario, M’hamed Kheddad, a affirmé que la décision du gouvernement des Comores d’ouvrir une représentation consulaire dans la ville occupée de Laâyoune constituait «une agression inacceptable» contre la RASD, a rapporté l’Agence de presse sahraouie (SPS).
«Nous avons adressé des correspondances à l’Organisation des Nations unies (ONU) et à l’Union africaine (UA) pour condamner cette agression inacceptable de la part des Comores», a déclaré M. Kheddad dans une interview accordée au quotidien Massiwa Comores, citée par SPS et reprise par l’APS.
M’hamed Kheddad a fait savoir que «le gouvernement sahraoui et le Front Polisario prendront toutes les mesures légales, politiques et diplomatiques qui s’imposent au niveau de l’UA et de l’ONU pour amener le gouvernement des Comores à revenir sur sa décision inamicale et décevante, qui ne sert que les visées expansionnistes marocaines, au détriment de la souveraineté du peuple de la République sahraouie, ce pays arabo-musulman comme le sont les Comores».
«La demande formulée par le Maroc ne sert que ses visées expansionnistes, d’autant que le Sahara occidental est un territoire, actuellement non autonome, dont le statut juridique est tout à fait clair. Ainsi, la décision prise par Moroni constitue une violation flagrante du droit international et du statut de ce territoire», a-t-il souligné.
Le responsable sahraoui a ajouté qu’il s’agit là d’«un acte hostile et inamical envers la RASD qui est un pays membre de l’UA aux côtés des Iles Comores». «La proclamation de l’Etat sahraoui après le retrait de l’Espagne incarne clairement la volonté du peuple sahraoui refusant autre souveraineté sur son territoire que la sienne», a soutenu M. Kheddad, ajoutant que la RASD, qui a lutté depuis sa création pour avoir sa qualité de membre au sein de l’UA, obtenue en 1984, continue sur sa lancée pour jouir de la qualité de membre à l’ONU.
Pour rappel,le président de la RASD, Brahim Ghali, avait fermement condamné la récente décision du gouvernement des Comores d’ouvrir une représentation consulaire au niveau de la ville occupée de Laâyoune, capitale du Sahara occidental, la qualifiant d’«agression contre la souveraineté du peuple sahraoui».

L’État de santé de Mahfouda Lefkir se détériore gravement
Détenue depuis près de deux mois par les autorités d’occupation marocaines à Laâyoune occupée, la militante sahraouie Mahfouda Bamba Lefkir se trouve dans un état de santé «inquiétant», a alerté son père Cherif Bamba Lefkir.
«Ma fille souffre de problèmes de santé à force d’être battue à coups de matraque, elle a été tirée par les cheveux et a même perdu conscience après son arrestation, il y a près de deux mois», a déclaré à la presse Cherif Bamba Lefkir en marge du 15e congrès du Front Polisario.
En dépit de toutes les conditions difficiles et inhumaines supportées par la militante, Cherif Bamba Lefkir se dit «très fier de Mahfouda, la fille du peuple sahraoui, activiste de l’intifadha de la rue et symbole de la lutte de tout un peuple pour l’indépendance, l’autodétermination et la juste cause sahraouie».
«Quand j’évoque ma fille Mahfouda (35 ans), c’est de toutes les autres femmes sahraouies dont je parle. Nombre d’entre elles sont détenues par l’occupant marocain depuis plus de 10 ans. D’autres sont décédées dans les geôles marocaines ou souffrent de maladies graves», a déploré M. Lefkir. A. Z.

L’article Sahara Occidental : «L’inacceptable agression des Comores contre la RASD» est apparu en premier sur El Watan.

Read on source website...

Author: ElWatan.com

Le quotidien El Watan a été lancé le 8 octobre 1990, dans le sillage des réformes politiques, par vingt journalistes regroupés dans la SPA El Watan. Premier journal indépendant du matin, d’expression française, à être édité en Algérie, il a basé sa ligne éditoriale sur un traitement objectif de l’information, en développant des analyses pertinentes, une vérification rigoureuse des informations publiées et un souci constant d’ouverture à l’ensemble des sensibilités politiques du pays, notamment celle de l’opposition démocratique.