Projections autour de Marsha P. Johnson

Le 11 janvier on organise à la BAF un repas vegan, une projection de films sur Marsha P. Johnson, suivie de discussions autour des questions soulevées par les films.
On avait d’abord l’intention de projeter Mort et vie de Marsha P. Johnson. En suivant l’enquête d’une activiste trans sur son meurtre, ce film évoque les émeutes de Stonewall, l’exclusion des travesti.e.s et trans du mouvement féministe, le rôle des personnes trans racisées travailleur.se.s du sexe dans la naissance du mouvement de libération gay et leur invisibilisation par des hommes cis gays blancs bénévoles du sexe…
On a depuis appris que ce film, son réalisateur et son producteur participent à l’invisibilisation des personnes concernées et à la récupération de leurs travail et expériences :
Reina Gossett, une historienne et réalisatrice noire et trans a révélé à la sortie de ce film que le réalisateur David France (un bourgeois cis blanc) et la société de production Netflix se sont approprié son travail et l’ont empêchée de trouver des financements pour son propre film sur Marsha.
Voici un extrait d’un texte publié sur internet (https://www.instagram.com/p/BZ7byULA9KA/?taken-by=reinaxgossett) :
« I’m still reeling on how this movie came to be and make so much $ off of our lives and ideas. david got inspired to make this film from a grant application video that @sashawortzel & I made and sent to Kalamazoo/Arcus Foundation social justice center while he was visiting. This kind of extraction/excavation of black life, disabled life, poor life, trans life is so old and so deeply connected to the violence Marsha had to deal with throughout her life. »
(« Je suis encore chancelante en pensant à comment ce film a été créé et a rapporté tant de $ sur le dos de nos vies et idées. david a eu l’inspiration pour faire ce film à cause d’une vidéo de demande de subventions que @sashawortzel & moi avons réalisé et envoyé au Kalamazoo/Arcus Foundation social justice center alors qu’il leur rendait visite. Ce genre d’extraction/excavation des vies noires, handicapé.es, pauvre, trans est tellement vieille et tellement profondément connectée à la violence à laquelle a du se confronter Marsha tout au long de sa vie. »)
On passera donc en premier le film de Reina Gossett, Happy Birthday Marsha que l’on achètera en ligne, puis on diffusera le film issu du vol réalisé par David France, qu’on lui volera évidemment.
19h30 : repas vegan
20h30 : projections
Après les films : discussions
Le repas et les projections auront lieu sans mecs cis-hetéro. La discussion aura lieu sans personnes cis-hetéro.a. Ces mixités ont été choisies depuis nos positions de personnes trans blanc.hes, non travaileur.ses du sexe, ne vivant pas à la rue. Tout l’évènement est également ouverte à toute personne racisée, tds et/ou à la rue.
Les TERF (« féministes radicales » excluant les trans) et SWERF (« féministes radicales » excluant les travailleureuses du sexe) ne sont pas convié.e.s.
Si tu te demandes si tu es une TERF, consulte le petit guide en annexe.
L’évènement a lieu au centre social autogéré La Baf, situé au 2 Chemin des Alpins à Grenoble. L’entrée et le repas sont à prix libre (ça inclut 0€ baby)https://labaf.org/
* « Cis » vient du latin « du même côté », antonyme de « trans ». « Cisgenre » se réfère donc à une personne dont le genre est en adéquation avec le rôle social attendu (comportement, choix professionnels et personnels de vie, sexualité, etc.) en fonction de son assignation de sexe à la naissance.

PETIT GUIDE
D’AUTO-RECONNAISSANCE TERF
À L’USAGE DES FEMINISTES CIS

Cette liste de critères n’est pas exhaustive.
• si tu exclues les personnes trans binaires, non-binaires ou agenres d’espaces féministes : tu es une terf ; • si tu n’exclues plus ouvertement les personnes trans d’espaces féministes parce que tu n’as plus le rapport de force nécessaire : tu restes une terf ; • si tu n’es pas dans un processus de reconnaissance et de réparation suite à ces exclusions, tu restes une terf ; • si tu reconnais la légitimité de certaines personnes trans pour mieux exclure les autres personnes trans ou non-cis : tu es une terf ; • si tu penses qu’il n’y a pas de terf dans ta ville/ton milieu, tu es peut-être une terf ; • si tu penses que personne dans ta ville n’utilise le mot terf : tu traînes dans un milieu sous domination cis, tu es peut-être une terf ; • si tu penses qu’il n’est pas approprié d’exclure les terfs d’un évènement : tu es peut-être une terf ; • si tu nous explique qu’on n’utilise pas bien le mot terf et que tu nous fais un cours sur son histoire ou sa vraie signification : tu es peut-être une terf ; • si tu penses qu’avoir un.e ami.e trans qui est d’accord avec toi prouve que tu n’es pas une terf : tu es peut-être une terf ; • si tu me mates trois fois de haut en bas avant de soupirer d’exaspération, parce que je porte des vêtements roses, à fleurs, sexy : tu es peut-être une terf ; • si tu penses que ma pilosité faciale détermine mon genre : tu es peut-être une terf ; • si tu n’es pas au courant des agressions transphobes commises par tes copines cis et que tu ne t’y intéresses pas, tu fais de la solidarité cis : tu es peut-être une terf ; • si tu te définis comme gouine alors que tu relationnes ou baise avec des mecs trans : tu es peut-être une terf.

Read on source website...

Author: CRIC-Grenoble.info

Pourquoi ce site ? La pluralité c’est la santé !... Le discours médiatique dominant est écrasant, présent partout. Il nous assaille de ses analyses qui entretiennent entre autre le sexisme, le nationalisme, le racisme et notamment l’islamophobie, et cherche à dresser les dominé.e.s et les exploité.e.s les un.e.s contre les autres (sans emplois et employé.e.s, allocataires et travailleurs précaires, mal logé.e.s et sans abris, descendant.e.s d’immigré.e.s et nouveaux arrivants...). Ce discours dominant, souvent basé sur des mensonges, occulte les problèmes sociaux majeurs, ne parle jamais de leurs causes, n’autorise jamais des analyses réellement critiques, et ne relaie jamais les luttes sans les manipuler, les marginaliser ou les criminaliser. Nous sommes nombreuses et nombreux à ne pas reconnaître notre réalité dans cette marée médiatique et à penser qu’il est urgent de multiplier les sources de contre-information et de relayer des analyses critiques, des témoignages de réalités vécues, des outils et des informations sur les luttes existantes.