Les préjugés entre Orient et Occident mis en scène par Aziz Tazi

On dit que l’Orient est compliqué mais l’Occident ne l’est pas moins, du moins les relations entre les deux mondes. C’est en tout cas l’impression qui se dégage du thriller psycho-dramatique maroco-américain « Night Walk » (promenade de nuit).  En clair ce premier long métrage signe Aziz Tazi veut tordre le cou aux préjugés et malentendus entre l’Occident et l’Orient en utilisant un fait divers dramatique (mort de Sarah sous les balles de la police) comme catharsis pour atteindre cet objectif. Bien que débutant dans le cinéma Aziz Tazi qui vit à Los Angeles a certainement fait appel à son expérience dans la pub et la télévision pour monter et déployer des scènes d’action et des techniques de tournage de grande qualité. Mieux : avec un film qui a reçu une aide de 800.000 dirhams du CCM, le jeune cinéaste a réussi à mettre à contribution des stars hollywoodiennes comme Patrick Kilpatrick, Mickey Rourke, Ricco Ross, Frederick-James Koch, Eric Roberts, Richard Tyson et Louis Mandylor. Le film sorti en 2019 a été tourné entre les États-Unis et le Maroc (Casa, Rabat, Marrakech, Settat). Pourquoi aussi le pays d’origine ? « J’ai choisi le Maroc parce que cela me donne beaucoup de facilités(…)», explique le jeune cinéaste et d’ajouter : « Je veux que l’Occident sache que nous partageons beaucoup de choses (…)» Présenté dimanche soir en avant-première aux professionnels et distributeurs dans les cadre 69ème Festival International du Film Berlin (07/02/2019 – 17/02/2019), Night Walk « raconte l’histoire de Frank (interprété par Sean Stone), brillant journaliste qui a toujours été à la recherche de nouvelles expériences sentimentales. » Un soir, Frank « tombe sous le charme de Sarah – rôle joué par l’actrice américaine d’origine palestino-marocaine Sarah Alami-, une jeune et très belle femme arabo-américaine de confession musulmane, mystérieuse et pleine d’humour. Rapidement conquis, il la demande en mariage lors d’un voyage dans son pays natal au Moyen-Orient. » Là intervient le fait divers psycho-dramatique quand « la police des mœurs locale les croise dans une situation présumée compromettante… » En prenant la fuite, la police ouvre le feu et tue Sarah qui succombe dans les bras de Frank… Pour éviter d’éventuels ennuis, la police décide, avec la complicité d’un juge américain véreux, d’accuser Frank du meurtre de Sarah. Le magistrat indélicat fait rapatrier Frank aux États-Unis pour y purger sa peine. Dès son arrivée en prison, Frank doit affronter la violence de certains gangs… Une autre histoire.
L’article Les préjugés entre Orient et Occident mis en scène par Aziz Tazi est apparu en premier sur Le Canard Libéré.

Read on source website...

Author: LeCanardLibere.com

Lecanardlibéré.com, est le premier hebdomadaire satirique marocain paraissant le vendredi.