Fermetures administratives et FAMAS : avant la grève, le président de Paris 1 pète les plombs.

Alors qu’une nouvelle assemblée générale étudiante devait se tenir ce mardi 3 décembre à Tolbiac, Georges Haddad le président de l’université a annoncé la veille à 22h que le centre serait fermé jusqu’à nouvel ordre. Dans la journée, ce sont des policiers armés de FAMAS qui se sont mis à effectuer des fouilles et contrôles de cartes à l’entrée du centre Panthéon, avant que ce dernier ne ferme à son tour… Appel à une nouvelle AG mercredi 04/12 à 12h à la Sorbonne !

Le citoyen Georges Haddad exprimera ses inquiétudes, sa colère et son mécontentement, librement et sans soumission comme j’ai toujours essayé de le faire.
Sans posture ,avec sincérité .
Le président d’université, a l’obligation de garantir la sécurité et de préserver le bien commun.
C’est con,mais terriblement simple voire simpliste,
Je pourrais démissionner mais ce serait lâche ,contraire à la vie que j’ai menée et aux engagements que j’ai acceptés.
Mais rien n’est écrit !

Voici la réaction hallucinante du président de l’université Paris 1 sur une liste de diffusion interne à l’université, alors que de nombreuses voix s’élevaient contre l’annonce de la fermeture jusqu’à nouvel ordre du centre PMF, plus communément connu sous le nom de « Tolbiac ». Alors que deux AG importantes se sont tenues dans cette fac ces dernières semaines dans le cadre du mouvement contre la précarité, ce mardi 3 décembre devait être un nouveau temps fort dans la mobilisation, avec bien sûr cette fois en perspective la journée de grève du 5 décembre contre la réforme des retraites. Mais lundi 2 décembre à 22h, surprise : tou-te-s les étudiant-e-s et personnels de l’université reçoivent un mail de la présidence, justifiant la fermeture de cette façon :

Suite aux informations qui nous sont parvenues dans la journée, la présidence de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a décidé de fermer, par mesure de précaution et de sécurité, le centre Pierre-Mendès-France (PFM) à partir de ce lundi 2 décembre, à 22h, et jusqu’à nouvel ordre..

Quelles informations ? Venant de qui ? Aucune réponse n’a pour le moment été apportée à ces questions… La réaction heureusement ne s’est pas faite attendre : le soir même, des appels à rassemblement le lendemain à 13h devant le centre Panthéon — où siège la présidence de l’université — ont immédiatement circulé. Mais ce mardi, les quelques dizaines d’étudiant-e-s qui se sont rendus au rendez-vous ont eu la surprise de voir l’entrée de leur université surveillée non seulement par des vigiles, mais aussi par des flics aux armes bien visibles, y compris des FAMAS ! Au calme, ces derniers procédaient aux côtés des vigiles à la fouille des sacs et au contrôle des cartes de toute personne souhaitant entrer dans le bâtiment. Malgré une telle garde, le centre Panthéon a pourtant lui aussi fini par être fermé administrativement, tout comme deux autres centres de l’université Paris 1 (Cassin et Lourcine).
Au Panthéon ce sont maintenant des policiers en armes qui fouillent les étudiants et les autorisent à rentrer ou non dans la faculté.
Ils sont payés par la fac @SorbonneParis1 ? La présidence perd la tête. pic.twitter.com/wfJJAbCH5y
— Commune Libre de Tolbiac (@TolbiacLibre) 3 décembre 2019

Si on fait le bilan, le simple appel à une AG aura donc fait fermer quatre centres de l’université Paris 1, avec deux jours d’avance sur l’appel à la grève reconductible ! Bien ouej !
Plus sérieusement, si l’arrêt des cours est toujours une bonne nouvelle, la fermeture administrative des centres est clairement un acte politique visant à empêcher toute organisation de la mobilisation. Les étudiant-e-s mobilisé-e-s appellent donc à une nouvelle AG, cette fois à la Sorbonne, ce mercredi 4 décembre à 12h ! Affaire à suivre…
Une petite réaction sous forme de visuel du syndicat Sud éducation Paris 1 :

Read on source website...

Author: Paris-luttes.info

Paris-luttes.info, un site d’infos anticapitaliste, anti-autoritaire et révolutionnaire. Ce site internet est aussi bien un relais qu’une caisse de résonance des luttes, résistances et conflictualités en cours, dans Paris et ses banlieues. Il s’inscrit dans une perspective anticapitaliste, anti-autoritaire et révolutionnaire et cherche à diffuser infos, récits, réflexions, témoignages et appels à agir.