Manif féministe contre les violences faites aux femmes

Contre les violences faites aux femmes, riposte féministe !
Manifestation organisée par l’assemblée féministe Toutes en Grève
Rdv à 13h à Toulouse à Palais de justice
Appel à la manifestation du 23 novembre 2019, à 13h à Palais de Justice à Toulouse
Aujourd’hui en France, une femme meurt tous les deux jours à cause des violences conjugales.
Ces féminicides sont de plus en plus visibles, grâce au décompte fait par la page Féminicides par compagnon ou ex, ou encore grâce aux initiatives de collages de rue qui se sont multiplié dans de nombreuses villes de France. Mais rien ne semble enrayer ce rythme macabre, surtout pas le Grenelle des violences conjugales lancé le 3 septembre dernier par le gouvernement. C’est pourquoi nous appelons à manifester le samedi 23 novembre contre les violences sexistes et sexuelles et pour dénoncer l’inaction du gouvernement !
Sans surprise, ce gouvernement s’assoit sur 40 ans de militantisme féministe et d’accompagnement des victimes pour proposer des mesures hors-sols qui n’entreront en vigueur qu’en 2020 ou 2021. On nous annonce 1 milliard d’euros, mais on ne nous précise pas que seuls 50% sont confirmés et que 75% sont destinés à la coopération internationale. Nous voulons des moyens pour des besoins précis et identifiés depuis longtemps par les associations de terrain : plus de moyens pour les associations et les lieux d’accueils, des possibilités d’hébergement sans conditions, l’accès gratuit à un suivi médical et psychologique, un traitement réel des plaintes et des appels des victimes, l’éloignement de l’agresseur, de véritables campagnes nationales de prévention, des formations à tous les étages des professionel·le·s, une autre politique d’éducation nationale intégrant l’apprentissage au respect des autres, au consentement et contre les discriminations…
Par ailleurs, une politique contre les violences faites aux femmes conséquente ne peut être menée en parallèle de la casse des services publics, de l’assurance chômage et des retraites qui précarise toujours plus les femmes et nuit à leur autonomie : pour cela, nous nous opposons aussi à l’ensemble des politiques néolibérales mortifères du gouvernement !
Nous exigeons une réponse globale car les féminicides ne sont pas des faits isolés. Ils s’inscrivent dans un système qui permet et maintient l’oppression de toutes les femmes.
Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, initiée en 1981 en Amérique Latine et aux Caraïbes. Nous manifesterons donc aussi contre les violences que subissent toutes les femmes, partout dans le monde : contre les assassinats de personnes trans, des lesbiennes ou de femmes sans papiers, contre l’islamophobie et l’antisémitisme, contre les meurtres de prostituées, contre la traite des femmes, contre les assassinats massifs de femmes au Mexique, les viols par la police et l’armée au Chili ou le massacre des soldates kurdes, etc.
A Toulouse la mobilisation contre les violences sexistes et de genre grandit. 2500 personnes, majoritairement des femmes, ont manifesté le jeudi 3 octobre. Au collège Lamartine, des viols collectifs ont été couvert par l’éducation nationale, ce qui entraîne une mobilisation importante pour en finir avec l’omerta.
Nous devons continuer à être nombreuses et nombreux à occuper l’espace. Nous appelons donc à une manifestation régionale sur Toulouse le samedi 23 novembre 2019 à 13h afin d’être massivement présent-e-s dans la rue et d’amplifier la mobilisation qui ne devra pas s’arrêter après cette date !
Organisations signataires : APIAF, Bagdam Espace Lesbien Planning Familial 31 et 81, Réseau ALDA-Lesbiennes Réfugiées, OLF 31, Act Up Sud Ouest, DAL 31, Jeunesse Antifasciste Toulouse et Environ, LDH 31, UAT, CGT Educ’Action 31, CNT 31, Femmes mixité CGT 31, Solidaires 31, SUD Educ 31 et 65, Sud Santé Sociaux 31, UET, MJCF 31, NPA 31, UCL Toulouse et Alentours

Read on source website...

Author: IAATA.info

Pourquoi IAATA.info Il nous semble important que des collectifs et individus en lutte puissent échanger, puiser des uns et des unes, analyser ensemble des expériences et des vécus. Ce site se veut un espace, une fenêtre, un carrefour, où les méthodes, pratiques et théories, locales et anti-autoritaires, pourront se croiser.