Libye, l’Armée française dément la livraisons d’armes

Des articles de presse, notamment le New York Times, ont fait état de missiles « Javelin » repérés en Libye qui appartiendraient à la France et qui auraient été .livrés aux belligérants. Le ministère français des armées dément.

D’après un communiqué du ministère français des Armées, ‘les missiles Javelin trouvés à Gharyan appartiennent effectivement aux armées françaises, qui les avaient achetés aux Etats-Unis. Nous l’avons confirmé à nos partenaires américains. Voici les faits’.

La lutte anti terroriste, alibi commode

Et le service de communication de l’armée française, sans apporter des preuves formelles de ses explications apparemment embarassées, de poursuivre: « Ces armes étaient destinées à l’autoprotection d’un détachement français déployé à des fins de renseignement en matière de contre-terrorisme. Endommagées et hors d’usage, ces munitions étaient temporairement stockées dans un dépôt en vue de leur destruction. Elles n’ont pas été transférées à des forces locales. Détenues par nos forces pour leur propre sécurité, ces armes n’étaient pas concernées par les restrictions d’importation en Libye. Il n’a jamais été question ni de vendre, ni de céder, ni de prêter ou de transférer ces munitions à quiconque en Libye ».

Le communiqué du ministère des Armées se conclut par une profession de foi contre le terrorisme qui a peu à voir avec les accusations portées par le New York Times. « La France soutient depuis longtemps la lutte de toutes les forces régulières engagées contre le terrorisme, en Libye, aussi bien en Tripolitaine qu’en Cyrénaïque, et plus largement au Sahel »..

.
Cet article Libye, l’Armée française dément la livraisons d’armes est apparu en premier sur Mondafrique.

Read on source website...

Author: MondAfrique.com

Le site Mondafrique.com a été lancé en janvier 2014. Son but est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. La marque « Mondafrique » résume notre propos. La question n’est plus de savoir si l’Afrique est entrée dans le monde, la mondialisation est là, présente qu’on le veuille ou non, avec ses enjeux, ses opportunités et ses ornières. Face aux défis, l’Afrique s’organise régionalement. Le but de « Mondafrique » est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. Autant sur le plan sécuritaire qu’économique et géopolitique, les problématiques de cette partie du monde semblent désormais liées. La mondialisation telle qu’on la connaît aujourd’hui rend ces pays interdépendants, notamment sur le plan des échanges et de la circulation des hommes et des marchandises. La ligne éditoriale est indépendante par rapport aux régimes en place, mais se situe dans un rapport d’engagement en faveur des valeurs citoyennes comme le développement, la transparence, l’équité et tout ce qui est de nature à favoriser les liens qui unissent l’Europe et la France, avec ces pays. Notre propos est d’améliorer la couverture médiatique sur la situation réelle des pays concernés et de donner à un public ciblé des clés pour comprendre les enjeux à venir. Il ne s’agit pas d’un site branché sur l’actualité immédiate Ainsi notre public est plutôt averti déjà des questions traitées et se trouve du coté des « décideurs », des spécialistes et de tous ceux qui cherchent « un plus » d’information et d’éclairage. Nous ne sommes pas un site d’actualité qui recherche l’audience à tout prix, mais un média d’informations pointues qui intéresse un public haut de gamme.