Galères de logement + canicule = personnes en danger

La canicule quand on vit à la rue, en squat ou mal-logé.e, ça peut mettre gravement en danger. Plusieurs milliers de personnes sont concernées à Grenoble. Quelques brèves nouvelles et appels à solidarité.
Logement décent pour toutes et tous ! Accès à l’eau garanti et gratuit !
Tentes sous le pont de la gare
Entre la gare et St Bruno, jusqu’à vendredi 28 juin, 50 personnes dormaient sous tentes, dont 8 enfants de moins de 3 ans. 39 degrés à l’ombre, les pompiers ont emmené 2 personnes dont un enfant en état de santé critique.
Le préfet, que des associations de soutien avaient tenté d’interpeller, restait toujours injoignable, les services préfectoraux fermés, et les 10 élu.e.s alerté.e.s ne donnaient aucune nouvelle. Aucune réaction des institutions…
A l’appel de la CISEM, de RESF 38, du Front contre les Expulsions, du DAL 38, la Patate Chaude, un rassemblement avec la presse a eu lieu vendredi 28 juin à 18 h (sous le pont de la gare de Grenoble, quartier St Bruno). La situation a été du coup un peu médiatisée.
Finalement les personnes ont été “mises à l’abri” samedi soir, certaines au gymnase Houille blanche, rue Anatole France à Grenoble, d’autres à l’hôtel Sans nom, rue Ile Gaboud à Voreppe. Comme d’habitude, il s’agit d’une mise à l’abri pour quelques nuits seulement, avec en fond, comme en hiver, une politique au thermomètre.Les personnes risquent donc d’être jetées à la rue de nouveau lundi 1er juillet au matin. Les associations et collectifs de soutien appellent à faire pression pour qu’elles restent, et à venir les soutenir.

Au Patio solidaire
Au Patio solidaire, sur le campus, les personnes qui y habitent souhaiteraient des ventilateurs, ce qui est plus que nécessaire (beaucoup de personnes dans un espace trop petit). Plus d’infos sur le Patio ici.

N’hésitez pas à proposer des compléments d’informations et d’appels à solidarité.

Read on source website...

Author: CRIC-Grenoble.info

Pourquoi ce site ? La pluralité c’est la santé !... Le discours médiatique dominant est écrasant, présent partout. Il nous assaille de ses analyses qui entretiennent entre autre le sexisme, le nationalisme, le racisme et notamment l’islamophobie, et cherche à dresser les dominé.e.s et les exploité.e.s les un.e.s contre les autres (sans emplois et employé.e.s, allocataires et travailleurs précaires, mal logé.e.s et sans abris, descendant.e.s d’immigré.e.s et nouveaux arrivants...). Ce discours dominant, souvent basé sur des mensonges, occulte les problèmes sociaux majeurs, ne parle jamais de leurs causes, n’autorise jamais des analyses réellement critiques, et ne relaie jamais les luttes sans les manipuler, les marginaliser ou les criminaliser. Nous sommes nombreuses et nombreux à ne pas reconnaître notre réalité dans cette marée médiatique et à penser qu’il est urgent de multiplier les sources de contre-information et de relayer des analyses critiques, des témoignages de réalités vécues, des outils et des informations sur les luttes existantes.