Changer le tourisme, ou le dépasser ?

L’office de l’antitourisme et le GUCEM (Grenoble Université Club Escalade) organisent une soirée réflexion discussion sur le sujet du tourisme et de son nécessaire dépassement, ce qui nous amènera à discuter des alternatives au tourisme et à questionner notre utilisation du temps libre dans une société capitaliste.
Le tourisme doit-il être critiqué seulement dans ses excès et dérives, alors qu’il serait acceptable dans ses formes « durables » et « alternatives » ? Peut-il être vertueux à condition de ralentir, de devenir « responsable », « solidaire », « participatif » ou « créatif » ?
Alors qu’il est devenu une référence centrale des modes de vie dans les pays dits développés, est-il possible de dépasser le tourisme, et même de s’en passer ? Peut-on alors imaginer des alternatives au tourisme et plus seulement des tourismes alternatifs ? En quoi de telles questions ré-interrogent-elles la dichotomie entre récréatif et productif, entre temps libre et travail ?
L’office de l’antitourisme et le GUCEM (Grenoble Université Club Escalade – Montagne) vous convient à une soirée de réflexion et de discussion introduite par Philippe Bourdeau (professeur à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine – UGA) autour de ces questionnements.

Read on source website...

Author: CRIC-Grenoble.info

Pourquoi ce site ? La pluralité c’est la santé !... Le discours médiatique dominant est écrasant, présent partout. Il nous assaille de ses analyses qui entretiennent entre autre le sexisme, le nationalisme, le racisme et notamment l’islamophobie, et cherche à dresser les dominé.e.s et les exploité.e.s les un.e.s contre les autres (sans emplois et employé.e.s, allocataires et travailleurs précaires, mal logé.e.s et sans abris, descendant.e.s d’immigré.e.s et nouveaux arrivants...). Ce discours dominant, souvent basé sur des mensonges, occulte les problèmes sociaux majeurs, ne parle jamais de leurs causes, n’autorise jamais des analyses réellement critiques, et ne relaie jamais les luttes sans les manipuler, les marginaliser ou les criminaliser. Nous sommes nombreuses et nombreux à ne pas reconnaître notre réalité dans cette marée médiatique et à penser qu’il est urgent de multiplier les sources de contre-information et de relayer des analyses critiques, des témoignages de réalités vécues, des outils et des informations sur les luttes existantes.