Bienvenue à David Schenker

Par Philip Giraldi – Le 11 juin 2019 – Source unz.com

Les gens estimant que la politique étrangère des USA devrait être établie comme produit d’une discussion sérieuse prenant en compte la diversité des points de vue afin de profiter au peuple étasunien devraient peut-être prendre note de ce qui se passe en ce moment dans l’administration du président Donald Trump. Nombre d’observateurs ont bien pris acte de l’utilisation qui était faite de pressions implacables, intégrant des menaces d’interventions militaires, en lieu et place de négociation, mais sans surprise, les médias n’ont pas fait leur travail de remise en cause du fait que l’équipe en place s’occupant du Moyen-Orient particulièrement volatile soit composée presque exclusivement de juifs orthodoxes et de chrétiens sionistes.

Pour résumer, l’équipe de choc de Trump pour le Moyen-Orient est menée par son gendre Jared Kushner, un juif dont les conseillers personnels sont tous des juifs orthodoxes. David Friedman, l’ambassadeur des USA en Israël est également juif orthodoxe, a un passé d’avocat spécialisé en banqueroutes, et aucune lettre de créance diplomatique ou en matière de politique étrangère. Il constitue un soutien indéfectible des installations de colonies israéliennes illégales en Cisjordanie et sur le plateau du Golan, et est même allé jusqu’à financer ces installations. Friedman reprend telles quelles les déclarations du gouvernement israélien comme un perroquet et a fini par réussir à faire changer les mots utilisés dans les communications du département d’État : le mot « occupé » s’est vu éliminé quand mention est faite du contrôle par Israël de la Cisjordanie. Son humanité se cantonne strictement à son judaïsme : il va jusqu’à défendre les tirs israéliens contre des milliers de manifestants désarmés et le bombardement d’écoles, d’hôpitaux et de centres culturels. Quant à savoir en quoi il représente les États-Unis et leurs citoyens ne disposant pas de la double-nationalité israélo-américaine, c’est un mystère total.
Le conseiller en chef de Friedman est le rabbin Aryeh Lightstone, décrit par l’ambassade comme expert en « formation au judaïsme et plaidoyer pro-Israël ». Lightstone a déjà décrit Donald Trump comme causant « un danger existentiel pour le parti républicain ainsi que pour les USA », et l’a même accusé de mollesse face à un public composé de juifs. À ce qu’il semble, dès que l’opportunité s’est présentée, il a changé d’idée quant à son nouveau patron. Avant de travailler pour le gouvernement en 2014, Lightstone avait fondé et dirigé Silent City, un groupe pro-juif soutenu par des fonds d’extrême droite, et qui s’est opposé à l’accord nucléaire avec l’Iran, et se bat également pour combattre le mouvement non-violent Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS).
Le principal « négociateur international » de Trump pour le Moyen-Orient est lui aussi un juif orthodoxe, en la personne de Jason Greenblatt, ex-avocat de la Trump Organization. Si vous avez lu son article d’opinion récent, publié dans le New York Times sous le titre « Le sort de Gaza vous préoccupe ? Prenez-vous en au Hamas », vous avez eu le bonheur d’apprendre que les misères vécues par les palestiniens à Gaza n’ont rien à voir avec les tireurs embusqués israéliens, les tirs d’artillerie ou les bombes au phosphore. Tout est de la faute des arabes eux-mêmes. Greenblatt réussit même à arguer que les colonies israéliennes ne sont « pas un obstacle à la paix », et cela l’énerve beaucoup que des défaitistes se permettent de considérer Israël comme partiellement coupable de la catastrophe humanitaire qui se produit à Gaza.
Kushner, Greenblatt et Friedman constituent d’excellents échantillons de personnes présentant une « double loyauté », incapables de comprendre que leurs allégeances religieuses et ethniques sont incompatibles avec une loyauté pleine et entière envers les États-Unis. Les autres acteurs clés pro-israéliens de l’establishment de notre politique étrangère sont présentés comme des chrétiens ; on y compte le vice-président Mike Pence et le secrétaire d’État Mike Pompeo, deux chrétiens sionistes considérant (et espérant) que le recréation d’Israël s’inscrit dans une prophétie biblique qui amènera à une grande guerre, à la fin du monde tel que nous le connaissons, et au retour du Christ sur terre. Et le dernier compère de la ligne sioniste est le conseiller en sécurité nationale John Bolton, qui reçut par le passé le « prix du meilleur défenseur d’Israël », [Defender of Israel Award, NdT], et qui constitue l’un des partisans les plus fervents d’une guerre contre l’Iran.
Ce n’est pas vraiment ce qu’on appellerait un modèle de diversité, n’est-ce pas ? En fait, il manquait une pièce, au poste de Secrétaire assistant auprès du Département d’État pour les Affaires moyennes-orientales : ce poste est resté vacant pendant quatorze mois, le Sénat n’ayant pas approuvé le candidat proposé par Trump, un certain David Schenker. Schenker n’était pas en poste, non pas en raison de réserves, que d’aucuns pourraient juger légitimes, quant à son passif ou ses biais présumés, mais parce que le sénateur Tim Kaine exigeait de la part de la Maison-Blanche des documents en lien avec ses actions militaires en Syrie, un sujet plus ou moins annexe. Schenker a fini, mercredi dernier, par se voir approuvé par le Sénat, par 83 voix contre 11.
Schenker a passé le plus gros de son temps à Washington, à l’institut de Washington pour la politique au Proche-Orient [Washington Institute for Near East Policy (WINEP), NdT], un groupe de réflexion soutenant le gouvernement israélien. Il est devenu analyste tout de suite après avoir obtenu son diplôme universitaire, et sa carrière présente le schéma de rebond habituel aux néo-conservateurs entre des fondations pro-israéliennes et des postes au gouvernement, permettant de se fabriquer un CV et une crédibilité. Il était en poste au Pentagone sous George W Bush, c’est à dire au cœur du chaudron néo-conservateur de l’époque, avec Paul Wolfowitz et Doug Feith. Et le WINEP n’est pas un groupe de réflexion ordinaire. Cet institut fut fondé par le Comité des affaires publiques Amérique-Israël [American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), NdT], le lobby pro-Israël le plus puissant de Washington. Décrire le WINEP comme « soutien du gouvernement israélien » s’apparente à un doux euphémisme.
Quand la nouvelle de la confirmation par le Sénat de la prise de poste de Schencker s’est répandue, Robert Satloff, Directeur général du WINEP, s’est ravi de ce que « la carrière de David Schenker a toujours été dévouée à améliorer la qualité de la politique étasunienne au Moyen-Orient, et il est tout à fait approprié qu’il ait désormais pour rôle de mettre en œuvre ces politiques à un moment aussi critique pour les intérêts des USA dans la région ». Satloff a de quoi jubiler, le lobby qu’il dirige disposant à présent de son gentil garçon juif à un poste de direction du département d’État, d’où il pourra « améliorer la qualité » de la politique étrangère étasunienne pour le Moyen et le Proche Orient au bénéfice d’Israël.
Dans un communiqué de presse du WINEP, les présidents de l’Institut Shelly Kassen et Martin J. Gross se sont également réjouis, expliquant que « nous sommes fiers du fait que David Schenker sera le dernier d’une longue série d’experts de l’Institut à prendre un poste de direction auprès du gouvernement – tant dans les administrations républicaines que démocrates – pour apporter une expertise sur le Moyen-Orient ».
De fait, Schenker est vraiment plein à ras bord d’expertise, mais l’inclinaison du gouvernement à penser que toute opinion experte sur le Moyen-Orient se rapporte en exclusivité à des pseudo-universitaires juifs et des groupes de réflexion parasites est pour le moins étrange. Il faut s’attendre à ce que Schenker n’hésite pas à durcir le ton envers les arabes. Dans une interview de septembre 2017, il soulignait la menace causée par « les tunnels du Hezbollah sous la frontière entre Israël et le Liban ». Et il pense qu’une prochaine guerre entre Israël et le Hezbollah « n’est pas une question de savoir ‘si’, mais ‘quand’ ». Il n’est pas besoin d’être grand oracle pour savoir à quel camp Schenker se ralliera, même si Benjamin Netanyahu est à l’initiative de la guerre.
L’histoire américaine est malheureusement pleine de Juifs américains, très attachés à Israël, qui se voient promus par des lobbies très puissants et très riches, et qui agissent selon les intérêts de l’État juif ; leur appartenance à ces lobbies leur permet de rebondir de groupe de réflexion en poste gouvernemental presque sans effort. Et pour ne rien laisser au hasard, de par leur réseautage opiniâtre, les Juifs qui ont également la qualité d’être sionistes sont largement sur-représentés dans tous les agences gouvernementales ayant quoi que ce soit à voir avec le Moyen-Orient. On peut au passage affirmer sans trop se mouiller que les partis républicain et démocrate sont de facto dans les poches des milliardaires juifs israéliens Sheldon Adelson et Haim Saban, deux personnages ayant comme priorité absolue la poursuite des intérêts israéliens, plutôt que les intérêts américains.
Que peut-on y faire ? Ma foi, ce serait bien, ce serait un sentiment presque incroyable de bonheur, de voir les médias et le Congrès faire leur boulot pour une fois, et contester la bonne foi de poseurs comme Kushner, Friedman, Greenblatt et Schenker, sans parler du trio dément constitué par Pence, Pompeo et Bolton. Les intérêts des États-Unis ne sont pas de laisser leurs représentants et porte-paroles, pour une région aussi importante et aussi volatile au niveau mondial, appartenir à une frange partisane ; les sujets qui sont à débattre dans cette région demanderont sans doute des compromis s’ils doivent jamais se voir résolus. Les dirigeants israéliens ne commentent pas sans un sourire entendu la facilité avec laquelle ils peuvent « faire bouger » les États-Unis en leur faveur, en vertu du pouvoir de leur diaspora au sein et autour du gouvernement. Il est peut-être temps de prendre conscience de ce fait, de se débarrasser des collabos, et de faire basculer le pendule dans l’autre direction.
Le Docteur Philip M. Giraldi est Directeur général du Conseil pour l’intérêt national [Council for the National Interest, NdT], une fondation à but éducatif dont les dons sont déductibles des impôts (Identifiant fédéral #52-1739023), dont le but est de promouvoir une politique étrangère au Moyen-Orient plus alignée sur les intérêts des USA. Le site internet de la fondation est councilforthenationalinterest.org, son adresse postale est P.O. Box 2157, Purcellville VA 20134, et son adresse email est inform@cnionline.org.
Traduit par Vincent pour le Saker Francophone

Read on source website...