Palestine : La révolte des prisonniers palestiniens

Âgé de 35 ans et père de trois enfants, le prisonnier palestinien Hassan Laawiwi, originaire de la ville d’Al Khalil en Cisjordanie occupée, a suspendu dans la nuit de dimanche à lundi une grève de la faim qui a duré 70 jours.
Il a reçu la promesse des autorités de l’occupation israélienne d’être libéré avant la fin de l’année en cours. L’information avait été diffusée dimanche dans la soirée par l’institution chargée des affaires des prisonniers et des ex-prisonniers palestiniens.
Malgré la grave détérioration de son état de santé qui a suscité son évacuation vers un hôpital civil dans l’Etat hébreu, Laawiwi a refusé tout compromis avec ses geôliers. Pour lui, c’était soit la libération, soit la poursuite de sa grève de la faim.
Ancien prisonnier libéré après avoir purgé sa peine, il était détenu depuis le 15 janvier, sans inculpation ni jugement par un tribunal, dans le cadre de la détention administrative, une mesure répressive couramment utilisée par les autorités de l’occupation israélienne contre les citoyens palestiniens.
La détention administrative permet de mettre en prison n’importe quel Palestinien sans inculpation ni jugement par un tribunal pour une période de 4 mois indéfiniment renouvelable, en violation claire du droit international. La victoire de Laawiwi n’est pas négligeable, car au cours de sa longue grève de la faim, ses geôliers ont tout tenté pour le faire échouer dans son action.
Les humiliations, l’isolement, le changement de lieu de détention et les provocations n’ont pas réussi à briser la volonté de ce jeune père de famille dont le combat a suscité une grande solidarité au niveau de la rue palestinienne.
Il a poursuivi sa grève, malgré une diminution de son poids corporel estimée à une vingtaine de kilogrammes, des douleurs aux articulations, une incapacité de se mettre debout, une sensation de froid continue ainsi que d’autres problèmes de santé. Trois autres prisonniers palestiniens sont en grève de la faim pour les mêmes motifs, arrestations et emprisonnement sans inculpation ni jugement.
La victoire de Hassan Laawiwi constituera certainement pour eux une source de grande motivation pour obtenir gain de cause.
Les arrestations et les détentions illégales des citoyens palestiniens, quasi quotidiennes dans les territoires palestiniens occupés, visent à briser la volonté du peuple palestinien et le pousser à accepter la présence de l’occupation sans penser à aucune forme de résistance. Une politique menée depuis le début de l’occupation israélienne de la Palestine en 1948, mais qui n’a jamais réussi à faire cesser la résistance du peuple palestinien.
Près de 6000 palestiniens dont des femmes, des enfants, des personnes âgées et des malades croupissent actuellement dans les prisons de l’occupation israélienne. Selon les organisations des droits de l’homme locales et internationales, leurs conditions de vie sont inhumaines.
L’article Palestine : La révolte des prisonniers palestiniens est apparu en premier sur El Watan.

Read on source website...

Author: ElWatan.com

Le quotidien El Watan a été lancé le 8 octobre 1990, dans le sillage des réformes politiques, par vingt journalistes regroupés dans la SPA El Watan. Premier journal indépendant du matin, d’expression française, à être édité en Algérie, il a basé sa ligne éditoriale sur un traitement objectif de l’information, en développant des analyses pertinentes, une vérification rigoureuse des informations publiées et un souci constant d’ouverture à l’ensemble des sensibilités politiques du pays, notamment celle de l’opposition démocratique.