Le impostures du CEMO, lobby pro égyptien et pro émirati

Prêt à dénoncer « le lobby juif » et à frayer avec Marine Le Pen, le Centre des études Moyen-Orient (CEMO) prétend avoir le soutien d’éminents spécialistes. Seul souci, ce lobby pro égyptien, financé par les émiratis, ne demande pas aux intéressés leur accord pour publier leurs testes.

Savez-vous pourquoi le Centre des études du Moyen-Orient (Cémo) s’est installé à Paris voici deux ans? Son directeur-fondateur, l’Égyptien Abdelrahim Ali, qui est l’homme du maréchal Sissi en Europe, l’explique dans un petit ouvrage intitulé L’État des Frères musulmans. « La Confrérie a transféré son siège de Londres vers Paris. Il est donc attendu dans les prochains jours que les Frères [musulmans] inaugurent un nombre important de centres d’études islamiques en France et en Europe », écrit-il en novembre 2017. Paris serait menacé par l’installation du fameux Tanzim al-dawli, l’organisation internationale des Frères.

Depuis, manque de chance, aucun spécialiste sérieux des Frères musulmans n’a vu la plus petite implantation du siège de la confrérie s’établir dans la capitale française. D’autant qu’une telle “révélation“ aurait mérité quelques précisions : à quelle adresse se sont-ils installés, et quelles sont les personnalités de la Confrérie venues s’établir sur les bords de la Seine ?

Le problème, c’est que Ahmed Youssef, le directeur du CEMO? est surtout spécialiste du séjour de Bonaparte en Égypte. Bref, ce responsable semble maîtriser autant la problématique des organisations islamistes que Brigitte Macron le gavage des oies.

De faux collaborateurs

Abdelrahim Ali a néanmoins établi le siège du CEMO dans un confortable appartement situé avenue Marceau, non loin des Champs-Élysées. Encore lui fallait-il s’attacher les services de spécialistes du terrorisme, afin de séduire les riches “sponsors“ du Golfe, en particulier des Émirats, prêts à mettre la main au portefeuille dans le monde entier pour attaquer leurs frères ennemis qataris. Le Cémo va s’entourer de spécialistes du Moyen-Orient et du terrorisme dont il va afficher les portraits en Une de ses publications sur papier glacé Le Portail et La Référence.  

Seul petit problème, certains de ces spécialistes… avaient refusé catégoriquement de travailler pour le Centre, jugé trop proche des dictatures égyptienne et émiratie. Et les mêmes ignoraient donc que leurs articles, publiés dans d’autres publications, avaient été repris sans leur autorisation soit dans la revue du Centre, soit sur son site. C’est la mésaventure survenue en particulier à Mondafrique, dont le responsable, Nicolas Beau, s’est retrouvé au moins à deux reprises en couverture d’une publication du Cémo ! Le comble est que certains papiers écrits par d’autres ont été publiés sous la signature du directeur de Mondafrique.

Nicolas Beau, rédacteur en chef de Mondafrique, apparait en couverture de la revue du Cemo, alors qu’il a refusé catégoriquement de collaborer avec ce centre proche de la dictature égyptienneDepuis juillet 2018, les revues diffusées en français, en anglais, en allemand et en arabe ont disparu des kiosques. Les « analyses » du Cémo sur le Proche-Orient ne figurent plus que très épisodiquement sur le site du Portail.

En première page du site figurent encore des articles sur le Yémen datant de 22 décembre 2018, ou sur le crash de l’avion d’Egyptair publié le 10 avril 2019. .       

Trop sulfureux pour l’extrème droite

En fait, Abdelrahim Ali s’est sabordé lui-même en organisant une conférence de presse avec Marine Le Pen à l’Assemblée nationale en mai 2018. Il pensait ainsi faire le buzz. Il a réussi, mais pas dans le sens où il l’attendait. Jean-Yves Camus, le politologue spécialiste de l’extrême droite, a aussitôt estimé que cette invitation « contredit complètement » la démarche de « dédiabolisation », engagée par Marine Le Pen depuis son arrivée à la tête du FN en 2011. Le parti d’extrême droite a reconnu lui-même qu’il ne partageait surtout pas « toutes les analyses » d’Abdelrahim Ali, présenté comme très proche Abdel Fatah al-Sissi, le dictateur égyptien.

En clair, même pour l’extrême droite, le personnage sent le soufre ! Les raisons de ce rejet ? Le président du Cémo aurait affirmé que « le complot contre l’Égypte est permanent depuis la victoire sur Israël pendant la guerre d’octobre 1973 (…) Les États-Unis et Israël font tout ce qui leur est possible pour empêcher que cette victoire ne se répète ».  

Complotiste jusqu’au bout

Le Journal du dimanche présente même Abdelrahim Ali comme un obsédé du
« complot sioniste ». N’aurait-il pas déclaré que la chaîne
Al-Jazeera, financée par le Qatar, est une « chaîne sioniste » et que
le mouvement palestinien Hamas, ennemi historique d’Israël, suit
« l’ennemi sioniste » ? Complotiste jusqu’au bout, le fondateur
du Cémo estime qu’Israël et les États-Unis utilisent les Frères musulmans pour
affaiblir les autres pays de la région. Leur complot « vise à établir la
domination des Frères sur la Tunisie, l’Égypte, la Libye et le Yémen ». Comme
il ne fait décidément pas dans la dentelle, le fondateur du Cémo estime même
que le prédicateur Youssef al-Qaradhawi, leader des Frères musulmans, serait un
« agent du Mossad », lié aux « rabbins israéliens ». De son
côté Le Parisien titre que Marine Le
Pen est épinglé « après avoir invité un Égyptien jugé
complotiste ». 

Faut-il
s’étonner si l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN), qui
devait organiser le 22 novembre 2018 une conférence sur « les nouveaux
acteurs de la lutte anti-terroriste » a préféré tout annuler en découvrant
que le sulfureux Abdelrahim Ali risquait d’y participer ?          

Cet article Le impostures du CEMO, lobby pro égyptien et pro émirati est apparu en premier sur Mondafrique.

Read on source website...

Author: MondAfrique.com

Le site Mondafrique.com a été lancé en janvier 2014. Son but est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. La marque « Mondafrique » résume notre propos. La question n’est plus de savoir si l’Afrique est entrée dans le monde, la mondialisation est là, présente qu’on le veuille ou non, avec ses enjeux, ses opportunités et ses ornières. Face aux défis, l’Afrique s’organise régionalement. Le but de « Mondafrique » est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. Autant sur le plan sécuritaire qu’économique et géopolitique, les problématiques de cette partie du monde semblent désormais liées. La mondialisation telle qu’on la connaît aujourd’hui rend ces pays interdépendants, notamment sur le plan des échanges et de la circulation des hommes et des marchandises. La ligne éditoriale est indépendante par rapport aux régimes en place, mais se situe dans un rapport d’engagement en faveur des valeurs citoyennes comme le développement, la transparence, l’équité et tout ce qui est de nature à favoriser les liens qui unissent l’Europe et la France, avec ces pays. Notre propos est d’améliorer la couverture médiatique sur la situation réelle des pays concernés et de donner à un public ciblé des clés pour comprendre les enjeux à venir. Il ne s’agit pas d’un site branché sur l’actualité immédiate Ainsi notre public est plutôt averti déjà des questions traitées et se trouve du coté des « décideurs », des spécialistes et de tous ceux qui cherchent « un plus » d’information et d’éclairage. Nous ne sommes pas un site d’actualité qui recherche l’audience à tout prix, mais un média d’informations pointues qui intéresse un public haut de gamme.