Jean-Yves Le Drian plus proche de la porte que de l’augmentation

Après le départ de Nathalie Loiseau, ex ministre chargée des Affaires européennes, remplacée par Amélie de Montchalin, mais sur un poste de secrétaire d’État, c’est Jean-Yves Le Drian (71 ans) qui devrait bientôt quitter le Quai d’Orsay.

Politiquement, l’ancien compagnon de route de François Hollande, dont il a été son inamovible ministre de la Défense et gestionnaire des crises en Afrique et au Moyen-Orient, a perdu beaucoup de ses atouts auprès du chef de l’Etat. Plusieurs fois annoncé, le départ du ministre des Affaires Etrangères est programmé.

Un homme du passé

Au niveau international, Jean-Yves Le Drian est resté attaché aux relations bilatérales et personnelles de l’ »ancien monde », alors que le multilatéralisme est le credo macronien. Le bilan de Jean-Yves Le Drian ne lui vaudra pas les lauriers qu’il avait obtenus sous Francois Hollande. Plusieurs fois annoncé, le départ de Jean-Yves Le Drian est, cette fois-ci, programmé.

Son fidèle conseiller spécial, Jean-Claude Mallet, qui l’accompagne depuis sa nomination au ministère de la Défense, en mai 2012, a déjà fait ses cartons. Ses principaux collaborateurs reçoivent de nouvelles affectations.

Plus dure sera la chute

Pour autant, Jean Yves Le Drian ne rebondira pas facilement dans son fief breton. Le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand compte désormais davantage que l’ancien « Duc de Bretagne ».

Reste à savoir si Emmanuel Macron pourra enfin, Le Drian parti, faire un juste bilan des catastrophiques opérations militaires au Mali et en Centrafrique et remettre en cause les amitiés de son ministre avec les Déby, Sassou et autres Bongo que le Quai d’Orsay, sous son rêgne, n’a jamais cessé de conforter.

Cet article Jean-Yves Le Drian plus proche de la porte que de l’augmentation est apparu en premier sur Mondafrique.

Read on source website...

Author: MondAfrique.com

Le site Mondafrique.com a été lancé en janvier 2014. Son but est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. La marque « Mondafrique » résume notre propos. La question n’est plus de savoir si l’Afrique est entrée dans le monde, la mondialisation est là, présente qu’on le veuille ou non, avec ses enjeux, ses opportunités et ses ornières. Face aux défis, l’Afrique s’organise régionalement. Le but de « Mondafrique » est de fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne. Autant sur le plan sécuritaire qu’économique et géopolitique, les problématiques de cette partie du monde semblent désormais liées. La mondialisation telle qu’on la connaît aujourd’hui rend ces pays interdépendants, notamment sur le plan des échanges et de la circulation des hommes et des marchandises. La ligne éditoriale est indépendante par rapport aux régimes en place, mais se situe dans un rapport d’engagement en faveur des valeurs citoyennes comme le développement, la transparence, l’équité et tout ce qui est de nature à favoriser les liens qui unissent l’Europe et la France, avec ces pays. Notre propos est d’améliorer la couverture médiatique sur la situation réelle des pays concernés et de donner à un public ciblé des clés pour comprendre les enjeux à venir. Il ne s’agit pas d’un site branché sur l’actualité immédiate Ainsi notre public est plutôt averti déjà des questions traitées et se trouve du coté des « décideurs », des spécialistes et de tous ceux qui cherchent « un plus » d’information et d’éclairage. Nous ne sommes pas un site d’actualité qui recherche l’audience à tout prix, mais un média d’informations pointues qui intéresse un public haut de gamme.