Transition démocratique au Soudan : Les islamistes en embuscade

Les discussions entre le Conseil militaire au pouvoir au Soudan et les leaders de la contestation vont reprendre aujourd’hui, après une pause de 72 heures. «Le Conseil militaire annonce la reprise dimanche des discussions avec l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC) au palais présidentiel», a annoncé hier l’armée soudanaise dans un communiqué.
La communauté internationale a appelé vendredi à une «reprise immédiate des pourparlers» au Soudan pour parvenir à une transition «vraiment dirigée par les civils», a déclaré un haut responsable américain, au terme d’une réunion à Washington.
Le secrétaire d’Etat américain adjoint chargé de l’Afrique, Tibor Nagy, a réuni des représentants de l’Union africaine, de l’ONU, de l’Union européenne, de la France, de l’Allemagne, du Royaume-Uni et de la Norvège «afin de coordonner les efforts pour encourager» les parties «à trouver un accord le plus rapidement possible sur un gouvernement intérimaire» qui soit «le reflet de la volonté des Soudanais». «Nos partenaires et nous avons salué les récents accords» entre le Conseil militaire et l’Alliance à la tête de la contestation civile «sur de nouvelles institutions», a-t-il dit sur Twitter.
Tibor Nagy a appelé en outre les généraux à «autoriser les manifestations pacifiques et à tenir pour responsables les auteurs de ces violences» qu’il a attribuées aux forces de l’ordre. L’armée a suspendu, mercredi soir, le dialogue avec les meneurs de la contestation au sujet de la transition politique en réclamant que soient levées les barricades installées à Khartoum.
Les leaders de l’ALC, fer de lance du mouvement, ont regretté cette suspension, mais affirment vouloir maintenir la mobilisation. Des manifestants ont démantelé vendredi les barricades, mais ont menacé de les rétablir si les généraux ne reprenaient pas les négociations sur un transfert du pouvoir.
Risque de fracture
Sur le terrain, les premières divergences risquent d’apparaître dans la rue soudanaise qui, jusque-là, a parlé d’une seule voix.
Des représentants de la mouvance islamiste au Soudan ont appelé à une manifestation contre un transfert du pouvoir aux civils et l’abandon projeté de la loi islamique, certains estimant que cela ouvrirait les «portes de l’enfer» pour le pays.
Ces islamistes ont invité leurs partisans à se rassembler, hier soir après l’iftar, près du palais présidentiel dans le centre de Khartoum.
Les islamistes ne font pas partie des forces politiques rassemblées au sein de l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC) fer de lance de la contestation, qui négocient avec les militaires les contours de la période de transition après la destitution, le 11 avril par l’armée, du président Omar El Béchir.
La manifestation de samedi (hier, ndlr) «sera une mobilisation contre la nouvelle dictature civile, parce que l’ALC a volé la révolution en plein jour», a déclaré, à l’AFP, Al Tayeb Moustafa, chef d’un groupe d’environ 20 mouvements islamistes. Ce groupe comprend, notamment, le Parti du congrès populaire, qui s’était allié, un temps, à M. Béchir qui était arrivé au pouvoir en 1989 par un coup d’Etat soutenu par les islamistes.
Le Conseil militaire lui-même avait reproché à l’ALC de ne pas avoir fait référence à la charia, ou loi islamique, comme source de la législation dans ses propositions sur la période de transition. L’ALC avait répliqué en qualifiant cette question de secondaire et en estimant qu’elle pourrait être discutée après la période de transition.
L’article Transition démocratique au Soudan : Les islamistes en embuscade est apparu en premier sur El Watan.

Read on source website...

Author: ElWatan.com

Le quotidien El Watan a été lancé le 8 octobre 1990, dans le sillage des réformes politiques, par vingt journalistes regroupés dans la SPA El Watan. Premier journal indépendant du matin, d’expression française, à être édité en Algérie, il a basé sa ligne éditoriale sur un traitement objectif de l’information, en développant des analyses pertinentes, une vérification rigoureuse des informations publiées et un souci constant d’ouverture à l’ensemble des sensibilités politiques du pays, notamment celle de l’opposition démocratique.