Défilé militaire et civil : Les belles notes du cérémonial

Après le traditionnel défilé du 4 avril, le président de la République a réitéré hier son engagement pour la revalorisation de la condition militaire. Pour cette 59ème édition de la fête de l’Indépendance, les invités d’honneur ont été les Présidents Adama Barrow de la Gambie, Georges Weah du Libéria et Andry Rajoelina de Madagascar. Le thème de cette année est : «Les Forces de défense et de sécurité : un exemple dans la construction à la citoyenneté et à l’unité nationale.»
Le rituel ne change pas : le premier défilé civil et militaire sous le second mandat de Macky Sall a été riche en couleurs. La place de la Nation est sous haute surveillance. Les hélicoptères déchirent le ciel. Sur terre, les entrées aux tribunes sont bien filtrées. Seuls les détenteurs de badge ou de carton d’invitation sont autorisés à y accéder. Après la fouille des sacs, il faut passer encore aux portiques de sécurité. Sur les bâtiments, des tireurs d’élite sont bien positionnés. Derrière les barrières dressées tout au long du périmètre du défilé, le public tient le coup de la fatigue malgré la durée du cérémonial. Plus de 3 tours d’horloge. En effet, ils ont occupé les allées du Centenaire depuis les premières heures de ce 4 avril, date de célébration de la fête de l’Indépen­dance.
Du rond-point de la Rts à l’ex-Place de l’Obélisque, les drapeaux flottant en l’air sont à perte de vue. Vêtues de leur tenue militaire, les Forces de défense et de sécurité évacuent la pression par des chants et des danses. Pendant que les photographes immortalisent les scènes, des hommes de tenue prennent leurs camarades avec leurs smartphones. Les minutes s’égrènent sous un climat frais et poussiéreux. Du haut de son 1m 80, le colonel Cheikh Oumar Tamba procède aux derniers réglages. Il est le maître d’œuvre du défilé. Commandant de la zone militaire numéro 1, l’homme jette un regard à chaque instant sur son téléphone. Au micro central, on entend le speaker, commandant Mamadou Wat de l’armée de l’air annoncer les arrivées. Général Cheikh Guèye, chef d’Etat-major général des armées, le président de l’Assemblée nationale, Mous­tapha Niasse, etc. Soudain, des coups de canon emplissent l’air des Allées du centenaire.
Barrow, Weah et Rajoelina invités d’honneur
Sur le tapis rouge, des éléments de nettoiement de l’Unité de coordination de gestion des déchets solides (Ucg) ramassent les quelques déchets que le vent à emporter jusque devant la tribune officielle. A quelques mètres, le chef du protocole présidentiel, Cheikh Tidiane Sall, et le colonel Tamba marmonnent quelques mots. Tout de blanc vêtus, Georges Weah et la Première dame libérienne sont accueillis en premier par le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne. Ils seront suivis du Président Adama Barrow de la Gambie en costume africain et du Président malgache, Andry Rajoelina. Les trois invités d’honneur et le vice-président sierra-léonais ont rejoint la tribune officielle sous les honneurs des officiels sénégalais qui se sont levés pour saluer leur présence.msakine@lequotidien.sn

Read on source website...

Author: LeQuotidien.sn

Le Quotidien est un journal sénégalais d'informations générales en langue française qui paraît tous les jours de la semaine. Le journal a été créé par Madiam Bal Diagne, un ancien journaliste de Wal Fadjri. Le premier numéro a été publié le lundi 24 février 2003. Le Quotidien est édité par la société de droit sénégalais Avenir Communication. Il revendique sa neutralité et ne se réclame d'aucun parti politique. Le journalisme d'investigation est sa priorité. Sa diffusion quotidienne est de 10 000 exemplaires.